Discours du Président M. N. Lequarré

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Discours du Président M. N. Lequarré
Fêtes du cinquantenaire de la Société liégeoise de Littérature wallonne (1856-1906) : Compte rendu, BSLLW t. 48, p. 1-50, 1911
[ 6 ]

Discours du Président

Mès binamêyès djins,

Nosse Sôcièté walone a-st-atrapé sès cinquante ans djûdi passé a cinq eûres dèl sîse.

C’èst Foû-Tchèstê, li vint-sèt di décimbe mèye-ût-cint-cinquante-sîh, qu’èle a v’nou å monde, divins ’ne tchambe dè vî covint dès Ursulènes, drî l’èglîse qui li rwè Guiyame a d’né ås prôtèstants.

Di tos lès cis qu’ l’ont lèvé — si vos m’ volez pèrmète dè djåser come s’ on l’aveût bat’hî — i n’ dimeûre pus nouk.

Turtos sont rèvolés. [ 7 ]

Mins nos n’ sårîs lèyî passer l’ djama d’oûy sins l’zî voyî l’ rik’nohance di tos lès coûrs walons.

Il èstît leû vint-sih, tos francs Lîdjwès, qu’ ènn’ aveût dèdja bêcôp d’vins zèls qui s’avît d’mostré tot scriyant è nosse patwès, èt dès autes qui l’alît fé.

D’abôrd, li pus vî d’ tos, Hinri Forir, on Lîdjwès dèl vèye cogne, qu’ aveût v’nou å monde a Cronmoûse, èt qu’ èsteût profèsseûr onoraire di l’Atènêye di Lîdje. Forir aveût stu onk dès prumîs a rènaîrî l’ walon après l’an trinte avou si K’tapé manèdje, qui lès djonnes d’oûy kinohèt-st-a ponne. I n’s a lèyî ossu on Dicsionaire dè walon d’ Lîdje minme, qu’ èst d’ manou ’n-ovrèdje di valeûr, mågré lès quéques pitits mèhins qui fèt télefèy danner l’ ci qu’î qwîrt on mot.

Tchåle Du Vivier de Streel, curé d’ Saint-Dj’han-èn-Ile, qu’aveût ossu riscrît l’ walon so l’ côp après l’an trinte èt qu’ nos a lèyî, divins quéquès autes, ine hipêye tchanson : li Pantalon trawé.

Djihan Hinri Bormans, profèsseûr a l’Univèrsité, di l’Acadèmèye rwèyale di Belgique, on flamind d’ Saint-Trond qu’ èsteût a Lîdje dispôy l’adje di dî-sèt ans èt qu’î aveût bèl èt bin apris l’ walon.

Tchåle Grandgagnage, qu’ ovréve dispôy pus d’ doze ans dèdja a s’ savant Dictionnaire étymologique de la langue wallonne. C’èst-on lîve qui, po l’timps d’adon, poléve quåsî passer po ’ne mèrvèye. I n’ fout mutwèt nin fwért riqwèrou avå cial ; mins, a l’ètrindjîr, èl fourit d’abîme, pår è l’Alemagne, wice qui lès Guiyame Schlegel, lès Hinri Diez, lès Djåcob Grimm, lès Franz Bopp, èt dès autes èt dès autes, vinît di s’ mète a r’qwèri d’ wice qui nos lingadjes d’oûy polèt prov’ni, ossi bin lès romains qu’ lès tîhons.

Li spitant Alfonse Le Roy, profèsseûr a l’Univèrsité, qu’ èsteût adon èl plinte fleûr di si-èhowe, èt l’pus près d’ sès camarådes, — ca, d’vins lès Walons, ènnè vont måy onk sins l’aute — Adolfe Picard, adon substitut dè procureûr dè Rwè a Vèrvî, èt qu’a [ 8 ]morou consèlier a nosse Coûr d’apèl. On s’ sovint co turtos qwantes fèys èt k’bin qu’ cès deûs dispièrtés Lîdjwès, qu’ avît pris lès nos d’guêre « Baiwir et Crahay », ont rèdjouwi nos banquèts walons avou lès adawiantès galguizoutes qu’i nos gruzinît, èt avou leûs plaîhantès colibèts so l’s afaires dèl Vèye.

I-aveût co d’vins lès vint-sîh :

Ulisse Capitaine, sècrètaire gènèrål dèl Sôcièté d’Émulåcion, qu’ aveût dèdja scrît èt qu’ aléve co bêcôp scrîre so totes sôrs di p’titès afaires di l’istwére di Lîdje èt dè payîs d’ Lîdje, wice qu’i nahîve si voltî ;

Tièdôre Chandelon, profèsseûr a l’Univèrsité ;

Victôr Collette, fabricant d’armes èt consèlier comunål, l’auteûr dès Walons al Tchambe dès R’présintants èt d’saqwants autes bês p’tits bokèts ;

Djihan-Djôsèf Dehin, maîsse-tchaudronî, qui div’na ’n-årtisse ossi bin po-z-ovrer l’ keûve batou qui po scrîre è walon, èt qui fit camaråde avou l’fameûs tchansonî francès Bérenger. Dèhin rassonla pus tård li crås èt l’ maîgue di sès scriyèdjes walons, come i d’héve, èt ’nnè fit on lîve qu’i louma Tchår èt Panåhe ;

Djôsèf Dejardin, notaire èt l’principå dès auteûrs dè Dictionnaire des Spots. Il a stu présidant dèl Sôcièté co pus d’ dî-sèt ans, di l’an sèptante-ut a l’an nonante-cinq ; il aveût rimplacé Grandgagnage, qui l’aveût stu quåsi vint-in-ans, di cinquante-sèt a sèptante-ût.

Si c’ést l’ posse qui fait div’ni vî,
Ci sèrè bon sène po ’ne saquî…

Colas Defrecheux, qu’aléve so l’côp fé s’ trawêye divins lès scriyeûs walons èt lès r’passer turtos avou çou qu’ nos avans-st-oyou disqu’ asteûre di pus fris èt d’ pus doûs, come L’avez-ve vèvou passer, qui vos alez ôre tot-rade, Tot loumetant, Lèyîz-me plorer, èt tot plin dès autes djowions ;

li notaire Tolomé-Stiène Dumont ;

l’avouwé Wåtî Galand ; [ 9 ]lès deûs Henaux, Fèrdinand èt Victôr, li prumî, qu’ a scrît l’istwére dè payis d’ Lîdje, èt l’ deûzinme qu’ èsteût pårlî ;

li tchènonne Colas Henrotte, qui tot s’ plaisîr a djourmåy situ, tant qu’ a viké, d’ djåser l’ walon avou sès vîlès k’nohances ;

l’ôrféve Augusse Hock d’è Noûvice, qui div’na, pitchote a midjote, onk dès pus plaîhants scriyeûs walons tot r’qwèrant lès vîs mèssèdjes èt lès curieûsès acoustumances di Lîdje dè timps passé ;

li pårlî Djôsèf Lamaye, qui fourit pus tård consèlier al Coûr d’apèl ossu, èt qu’ a si djoyeûsemint tchanté l’ vin d’ Bourgogne ;

Tchåle Lesoinne, dèl Tchambe dès R’présintants ;

li grèfî Gustave Masset, qu’a fait l’ Tchant dès tièsses di hoye ;

li pårlî Adolfe Minette ;

li pårlî Colas Petermans, mayeûr di Sèrè ;

Adolfe Stappers, on scriyeû francès, qu’ inméve li walon, èt qu’ fit sovint al Sôcièté dès charmants rapôrts, djourmåy plins d’èsprit ;

li docteûr Tchåle Wasseige, consèlier provinciål,

èt l’ci qu’ dj’a wårdé pol bone bètchêye, li pårlî Tchantchè Bailleux, èt qu’ dj’åreaû mutwèt d’vou loumer l’prumî, å rèspect dès sièrvices sins parèys qu’il a rindou al Sôcièté so ’ne gote pus d’ noûf ans qu’ ènnè fourit secrètaire, dispôy li prumîre sèyance disqu’å djoû di s’ mwért, li quatwaze di djanvîr mèye-ût-cint-swèssante-sîh.

I n’aveût qu’ quarante ans, mins on pout dîre qu’ ènn’ aveût viké l’ dobe, télemint qu’il aveût d’ l’èhowe èt qu’ èsteût djinti.

Sins nèglidjî sès prôpès afaires, Bailleux ovra d’ pîds èt d’ mains ot’tant pol Sôcièté qu’ po nosse vî lingadje lu-minme. Tot r’qwèrant lès régues qui lî sonlît lès mèyeûs po scrire li walon d’adreût, i trova co l’ timps d’ataquer on dicsionaire walon, di mète è nosse lingadje ine bone pårt dès bèlès fåves d’a La Fontaine èt di scrîre quéquès tchansons.

Di fèy qu’a d’aute, ons ètint co tchanter Vinez, Marèye, qu’ èst come on nozé bouquèt d’fleûrs, èt vos n’ dîrîz måy qui c’èst [ 10 ]l’ minme pène qu’ a scrît Li maladèye d’a Madame Bèlgique, wice qui Bailleux print plaisir a d’biyî sès innemis politiques èt a l’zî dîre leû compte avou lès pus cwahantès lawes dè walon, qu’ ènn’a portant dès mètchantes.

Vo-lès-la tos lès vin-sîh.

Come vos ’nnè polez djudjî, li Sôcièté walone comptéve totès djins d’ qwè. Èt portant, çou qu’ vos alez trover drole, a Lîdje, on nèl louka wêre d’on trop bon-oûy, pace qui quåsi tot l’ monde si mèprit so çou qu’èle aveût îdêye dè fé.

Lès pus avinés — i s’ènnè troûve todi — alît disqu’a sut’ni qu’èle ni qwèréve qu’a d’moûre li francès po mète li walon èl plèce.

Ossu, åtoû d’in-an pus tård, li 15 di djanvîr di l’an 58, qwand Grandgagnage, qui v’néve di rimplacer Forir come présidant, fit s’ prumî discours, i s’ compta come oblidjî d’ rassurer lès djins.

« Le français, d’ha-t-i, est pour nous une seconde langue maternelle. De tout temps, nous nous sommes servis de cet idiome, frère du nôtre, pour traiter les affaires, rédiger les lois, écrire les livres de science et de haute littérature. C’est le médium (l’intermédiaire) précieux qui nous rattache à la vie générale du monde.

« Le wallon est notre bien propre, le témoin irrécusable et unique de nos origines ; [c’est aussi] le moyen d’exprimer dans toutes ses nuances notre façon particulière de voir et de sentir ». Èt s’ sintimint èsteût « que le domaine dévolu au wallon est la poésie populaire. Je dis populaire quant à la forme qui doit être simple et quant aux sujets traités qui doivent être pris dans la vie journalière ou dans les annales de la nation ».

Di s’ costé, li rapôrt d’å sècrètaire Bailleux riprindéve li minme sudjèt divins cès noûf ou dî rôyes ci :

« Notre but, je puis le répéter après notre honorable président, est modeste. Notre règlement le dit formellement : c’est d’encourager les productions en patois liégeois, de propager les bons chants populaires, de conserver sa pureté à notre antique [ 11 ]idiome, d’en fixer autant que possible l’orthographe et les règles et d’en montrer les rapports avec les autres branches de la langue romane. C’est encore de réunir les matériaux du dictionnaire et de la grammaire du wallon liégeois et de déterminer, autant que faire se peut, les règles de la versification ».

Vola ’ne saqwè d’ clér èt capåbe di rassûrer lès cis qu’ fît lès qwanses d’aveûr sogne po l’ francès.

Asteûre vos m’alez d’mander-çou qui l’ Sôcièté a fait, cinquante ans å long, po miner s’ barque avou l’ djîre di l’èwe wice qui lès prumîs l’ont ègadjî.

Dji va sayî di v’s el dîre.

Ç’aveût stu l’ Rèvolucion d’ l’an trinte, tot rindant l’ Bèlgique al libèrté, qu’ aveût ènondé lès Simonon, lès Forir èt lès Du Vivier a scrire è walon.

Ç’aveût stu ’ne ocåsion dèl minme tîre qu’ aveût mètou l’Sôcièté walone å monde.

È meûs d’awous mèye-ût-cint-cinquante-sîh, li « Société philanthropique des Vrais Liégeois » si mådjina d’ drovi on concoûrs po tchanter è walon lès vint-cinq prumîrès annêyes dèl libèrté dè payîs.

Après scot fait, lès quéques Walons qu’èle aveût tchûsi d’vins tos omes di valeûr po djudjî l’ concoûrs, si d’mandît, d’vant di s’ diséparer, s’i n’ convinreût nin d’ drovi dès parèys concoûrs tos l’s ans a Lîdje.

I n’è fala nin pus po d’ner l’îdèye d’ine Sôcièté walone, qui fourit adjincenêye so quéquès saminnes tot dreût qu’ lès vacances di l’an cinquante-sîh fourît foû. C’èsteût nosse Sôcièté.

So l’ côp qu’èle si trova so pîd, èle drova treûs concoûrs walons : onk po dès piéces di tèyåte, onk po ’ne poésèye ou l’aute so quéque haut fait d’ l’istwére dè payîs, èt l’ dièrin po lès tchansons.

Disqu’adon l’ tèyåte walon n’aveût quåsi compté qu’ po rin.

Vès dî-sèt-cint-cinquante a swèssante, Lîdje aveût oyou l’ Voyèdje di Tchaudfontaine, li Lîdjwès ègadjî, — qui M. Herman èt Mam’zèle Dupuis vis ènnè tchanteront tot asteûre deûs dès [ 12 ]pus bês airs, — lès Ipocondes èt l’ Fièsse di Hoûte-s’i-ploût. Ons aveût minme djouwé, ou pus vite simplumint tchanté, lès deûs prumîs al Violète, al Maison d’ Vèye. Mins çoula n’ fout qu’ine pitite såye qui passa comme ine blawète di feû ou come ine mohêye siteûle å cîr.

Cint ans tot ètîrs, on n’ djåsa pus d’ tèyåte walon a Lîdje, disqu’a tant qu’ nosse Sôcièté l’ fisse raviker l’an cinquante-ût avou l’ Galant dèl sièrvante d’a Andrî Delchef, qui wangna l’ mèdaye d’ôr a nosse prumî concoûrs.

L’an d’après, on djouwa l’ Galant dèl sièrvante, qui fit cori tote Lîdje.

Dispôy adon, èt pår dispôy Tåtî l’ Périquî d’a Douard Remouchamps, — qui wangna ’ne mèdaye d’ôr ossu, mins ’ne dobe, èt qu’ fit l’ toûr dès tèyåtes di tote li Walonerèye, moussa minme divins lès Flaminds èt ala disqu’a Paris, — dispôy adon, di-dje, dès scriyeûs d’ comèdèye ont sûrdou tot costé åtoû d’ nos autes ; tchasconk di zèls s’a-st-ènondé al pus reûd ; ç’a stu come on lavasse di piéces walones, èt, a l’eûre qu’il èst, li répèrtwére qui dj’ènn’a t’nou so m’ mîs, ènnè compte 1194 avou 1763 aks, sins aler foû dèl province di Lîdje.

Assûré, c’èst-ine bèle plome a nosse tchapê, pusqui c’èst nosse Sôcièté qu’a pris l’ènondêye. Todi tos l’s ans, èle a dès s’-faits concoûrs qui li apwèrtèt dîh ou doze comèdèyes èt quéquefèy pus. Mins oûy lès auteûrs n’ont quåsî pus dandjî d’ nos autes. Çou qu’èlzî fåt, ou pus vite çou qu’èlzî fåreût, èt çou qu’ mågré lès aparances, nos n’ désèspèrans nin co dè vèy courtinnemint pace qu’i d’meûre co dès braves coûrs walons è nosse Consèy comunål, çou qu’èlzî fåt, c’èst-on tèyåte di comèdèye walone èl capitåle di l’ancyin payîs d’ Lîdje, oûy li prumîre vèye dèl Walonerèye. Lîdje n’èst ni pus pauve ni mons curieûse so sès èfants qu’ Brussèle, Anvèrs èt Gand, qu’ ènn’ ont bin po lès Flaminds.

Dji n’ vis dîrè nin l’hopê d’ pasquêves, di cråmignons, d’ tchansons èt di scriyèdjes dèl minme tîre qui nos concoûrs ont fait sûde èt qui nos ont passé d’vins les mains dispôy l’an 58. Tchaque [ 13 ] annêye, c’èst come ine dilouhe : ènnè plout a sèyês. Målureûsemint, si nos juris ’nnè rèscontrèt deûs ou treûs qu’ ont pîds èt mains, qu’ sont tot nozés èt bin atitotés, c’èst come vos dîrîz dès pièles so ’n-ancinî : tot l’ hopê dès autes ni våt nin lès qwate fiérs d’on tchin. C’èst damadje : cès p’tits saqwès la fèt tant d’ plaisîr, mins i n’a nin a dire : i fåt qui n’ lèzî manque rin.

On dîreût vrêyemint qu’ leûs auteûrs lès tapèt la qwand c’èst qu’éls ont discrît. I lès r’léhèt s’il atome èt, d’vins zèls minmes, i s’ dihèt : « Louke, dji f’reû mutwèt bin mîs, po l’ fond, po l’lingadje, pol mèseûre èt pol rîme, mins vas-è, va ! c’èst todi bon ainsi ! ». Èt vola poqwè qu’ nos avans, tos l’s ans, ’ne hourdêye di p’titès piéces a taper ås rikètes.

Å d’bout d’in-an, li Sôcièté aveût dèdja èlårdji l’ rondê d’ sès concoûrs, pusqu’èle dimandéve, å-d’dizeûr dès comèdèyes èt dès tchansons : « Un mémoire sur l’histoire de la langue et de la littérature wallonne depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, avec la bibliographie de tous les ouvrages ou brochures qu’on peut attribuer aux différents dialectes wallons usités en Belgique ».

Come vos l’ vèyez, li Sôcièté lîdjwèse sondjîve dèdja a sôrti foû dèl province èt a s’ mèler dè walon dès autès pårtèyes dè payîs.

L’an d’après, avou on pris d’ treûs cints francs qui l’ présidant Grandgagnage aveût ofrou, on mètéve å concoûrs : « Une grammaire élémentaire du patois liégeois » ; puis on d’manda côp so côp :

« le Dictionnaire des Spots ;

» une étude sur les règlements, us et coutumes des anciens métiers de la ville de Liège ;

» un glossaire technologique wallon-français relatif à une profession ou à une des branches de l’activité humaine ».

Avou l’ concoûrs dramatique, ç’a stu ci-vo-ci qu’a d’né l’pus. I n’s a valou ’ne cinquantinne di fwért bons mémwêres so ot’tant d’ mèstîs, sins compter tos lès cis qu’ n’ont mèrité nole rèscompinse, mins qu’ ont todi, don-ci don-la, quéque pitite valisance. [ 14 ]

Tos cès glôssaires sont, po nosse walon d’ Lîdje, — mins quåsî rin qu’ po cila målureûsemint, — ine foû ritche minîre wice qui lès auteûrs di nosse grand dicsionaire åront a poûhî a plins panîs come èl fameûse vonne di Pogne-è-l’ôr.

I fåt co r’mimbrer d’vins nos concoûrs :

« des études sur les rues de Liège ; — sur les enseignes avec explication des emblèmes ; — sur les monnaies, poids et mesures en usage au pays de Liège ;

» sur nos légendes, usages et traditions populaires ; — sur la médecine populaire ; — sur les mœurs liégeoises au XVIIIe siècle ; — un tableau satirique des musées, bazars, marchés, etc., de la ville de Liège ; — l’histoire de l’Almanach de Mathieu Laensberg et de ses contrefaçons ;

» des recueils des contes populaires du pays de Liège ; des chansons relatives aux événements politiques liégeois de 1789 à 1814 ; — des anciens crâmignons ; — des comparaisons populaires ; — des prénoms liégeois ; — des noms de famille du pays de Liège ; — des gentilés ou noms ethniques ; — la toponymie d’une commune de la Wallonie ; — la nomenclature des termes géographiques wallons ; — l’histoire du mot Renard ou Goupil dans les provinces wallonnes avant le XVIe siècle ; — une étude sur la langue en usage au pays de Liège au XVIe siècle, d’après les documents de l’époque ;

» une étude philologique sur les suffixes du wallon ; — des études de phonétique, de morphologie et de syntaxe de la langue wallonne ; — un recueil des wallonismes ; — une étude de l’influence du wallon sur la prononciation du français à Liège ; — un recueil de mots wallons qui ne figurent pas dans les dictionnaires imprimés ; — un examen critique de tous les dictionnaires wallons ; — une étude critique sur la versification wallonne ».

Èt ç’ n’èst co wêre tot, mins c’ènn’ èst-assez po v’ diner îdêye di çou qu’ nosse Sôcièté a fait so sès cinquante ans.

I n’a quåsi nouk di tos nos concoûrs qui n’åye oyou ’ne rèsponse [ 15 ] d’adram, qu’a valou a si-auteûr ine mèdaye d’ôr ou, si l’cas s’ mètéve, eune d’årdjint.

Li principåle di nos publicåcions, nosse Bulletin, qui bètche après s’ cinquantinme volume, èst plin a r’dohe di tos lès mémwêres qu’ont stu prîmés, èt d’qwate a cinq cints rapôrts so lès concoûrs ou so tot l’ovrèdje dèl Sôcièté.

Po çou qu’ c’èst d’l’Annuaire, qu’årè s’ vintinme volume divins quéques djoûs, ons î troûve, avou l’ vicårèye dès plankèts qu’ nos avans pièrdou èt qu’ ont stu po l’ walon dès brilyants sudjèts, quéquès poésèyes foû-hiêr, vîles ou novèles, lès djoyeûsès tchansons d’tos nos banquèts èt, d’pôy wêre, totes lès p’titès afaires di manèdje dèl Sôcièté.

Rapôrt a l’ôrtografe dè walon, ç’a stu ’ne sagwè qui nos a strindou bin dès annêyes, èt sûr li pus spineûse di totes lès afaires qui n’s åyanse oyou a traitî. È nosse Sôcièté come å-d’foû, vos åriz dit ’ne kimèlêye håsplêye qu’i n’ féve nin a d’fåfiler.

I n’aveût nin co in-an qui l’ Sôcièté èsteût fôrmêye, èt l’ brave Forir si d’mèta dèl plèce di présidant pace qu’i prétindéve sicrire come on parole, sins s’intquièter d’ tote aute-tchwè, minme tot massacrant télefèy lès mots a n’ pus lès rik’nohe.

Lu èvôye, lès autes qu’ènn’ èstît tot paf, si passît turtos ’ne pitite saqwè. On lèya l’afaire å réz èt, èn atindant qu’on toumasse d’acwérd on djoû ou l’aute, li Sôcièté dècida qu’ tchasconk sicrîreût a s’ manîre tot sûvant portant deûs treûs p’titès régues, èt qu’ po lès concoûrs, on rèspèct’reût l’ortografe dès auteûrs. C’èst çoula qu’on ’nnè troûve di co traze èt traze sôrs divins nos Bulletins.

Pus d’on côp i s’ rifit dès såyes ås sèyances, mins c’èsteût todi a fwèce brôye-manèdje : on aveût ciète quåsî sogne d’ataquer l’afaire, télemint qu’èle minéve dè disdût. Di fèy qu’a d’aute, onk ou l’aute risquéve on plan : mutwèt nouk nèl trovéve a s’ manîre, èt on v’ l’aveût vite digosté tot lî toumant turtos sol cabosse, nin al bone, savez, ca on n’ s’a co måy batou a nos sèyances.

On s’ kissètcha ainsi dès annêyes tot plin. [ 16 ]

Al fin dè compte, li Sôcièté mèta l’afaire å concoûrs di mèy-ût-cint-nonante-noûf : sûremint qu’on ’nnè voléve fini avou l’siéke.

Nos d’mandîs don : « Un projet pratique d’orthographe wallonne, qui tiendrait compte des divers systèmes préconisés jusqu’ici et des objections qui en ont empêché l’adoption ».

Come vos l’ vèyez, on mètéve les piquèts so l’s i. On n’s avoya deûs mémwêres : onk qui n’ valéve wê-d’-tchwè, èt on deûzinme qui wangna hil’tanmint l’ pris, ine mèdaye d’ôr di deûs cints francs.

Nos n’èstans wêre acoustumés, è nosse Sôcièté, di n’s ècinser l’on l’aute. Mins, po ç’ côp ci, dji n’ mi såreû passer di v’s dîre qui l’ mémwêre qu’aveût l’ pris, èst l’ovrèdje d’onk di nos pus djintis, di nos pus sincieûs èt d’ nos pus savants planquèts, M. Jules Feller, profèsseûr di rétorique a l’Atènèye di Vèrvî. Èt i vât sûr qu’on l’ lome cial, a nosse pus grande fièsse, pace qu’i n’s a sètchî ’ne hêtêye sipène foû dè pîd.

Après avu fait passer lès baguètes a tos lès sistémes d’ôrtografe qu’avît vèyou l’ djoû d’vant lu, M. Feller, sins tot-ènaveûte måy mète li djambe al syince, ènn’ a pris çou qu’ tchasconk aveût d’adreût. Si plan — èt n’ polans acèrtiner qu’ a rèyûssi — c’èsteût d’ raloyi tos lès scriyeûs d’avå ci ossi bin qu’ tos lès cis dè rèstant dèl Walonerèye, a Måmedèy come a Tournai, a Måtche come a Nivèle, a Nameûr come a Tchålèrwè èt a Mons, a ’ne ôrtografe clére, nète, bin adjincenêye èt åhêye a s’aprôpriyî.

Li Sôcièté l’discuta. Êle n’eûrit a î fé qu’ deûs treûs p’tits candjemints. Adon èle imprima lès Règles de l’orthographe de la Société liégeoise de Littérature wallonne, rédigées par Jules Feller, èt èle lès èvoya a totes lès Sôciètés, p’tites èt grandes, qui s’ocupèt d’ walon è payis, po l’zî d’mander leû sintimint.

L’Assôciåcion dès Auteûrs èt Tchansonîs, qui r’présinte quåsî tot quî scrèy li walon è nosse payîs tot ètîr, avoya qwate ou cinq rimarques, pus vite po fé proûve di bone vol’té qu’ po aute-tchwè, ca ’le s’ègadjîve d’avance a-z-accèpter d’ bon coûr çou qui l’ Sôcièté walone dècidereût. [ 17 ]

Vola k’mint qu’ l’orèdje qu’èneûrihéve li bleû cîr dèl Walonerèye dispôy pus d’ quarante ans, touma tot doûcemint, èt c’èst-å pus haut s’ènnè d’mana ’ne pitite plovinète a ponne capåbe d’amouyî lès poûssîres.

L’acwérd fait so l’ôrtografe, li Sôcièté s’atèla sins wê-ster al grande intruprîse dè Dictionnaire général de la Langue wallonne, qui nos prindrè, sins bråk’ler, qwinze ou minme mutwèt vint ans.

Po k’mincî, nos avans dispouyî èt k’tèyî a rondjeûres, po lès plaquî tchaque so on foyou a pårt, tos lès èximpes di mots qui l’ Sôcièté a imprimé è s’ Bulletin èt è si-Annuaire dispôy mèy-ût-cint-cinquante-sèt. On a fait l’ minme afaire avou lès manuscrits, mins sins lès k’tèyî, zèls, èt tot discriyant leûs mots so dès foyous d’séparés.

Å rés d’oûy, nos avans dèdja ’ne saqwè come cint mèyes di s’-faits foyous qui sont mètous a-djins d’vins dès bwètes, èt i n’ si passe quåsî nou djoû qu’ ènnè vinse todi dès noûs.

Dicemitant qu’on féve on parèy ovrèdje di pacyince, treûs qwate mimbes dèl Sôcièté agad’lît, po sièrvi d’ mosse, ine livraison dè Dicsionaire a fé, tot-z-î hèrant saqwants mots tchûsis èn èsprès po d’ner l’ mèyeû idêye di noste intruprîse.

Li mosse di nosse Dicsionaire a vèyou l’djoû l’an passé : lès savants d’ nosse payîs, lès cis d’l’Alemagne, dèl France èt dèl Suisse ènn’ ont turtos dit dè bin.

Oûy l’afaire èst-èn alèdje ; l’ovrèdje si d’gadje tos lès djoûs mîs, ca l’ Sôcièté a l’ boneûr d’avu trové, d’vins nos planquèts, treûs omes, treûs savants, qu’èlzî è convint, pace qu’i k’nohèt l’ roudrouh tos lès treûs d’vins lès lingadjes romains. Voye-non-vôye, i fåt qu’ dji v’ lès lome : MM. Auguste Doutrepont, professeur de langues et de littératures romanes à l’Université de Liège ; Jules Feller, professeur à l’ Athénée royal de Verviers ; Jean Haust, professeur à l’Athénée royal de Liège.

I fôrmèt leû treûs l’ Comission d’ rédacsion dè Dicsionaire ; ènnè sont rèsponsåbes ; mins tos lès mimbes titulaires dèl Sôcièté [ 18 ]ont pris l’ègadjemint — èt èl tinèt — dèls aidî tchasconk sorlon s’ pårtèye. Å-d’dizeûr di çoula, nos treûs savants ont r’qwèrou, d’vins totes lès cwènes dèl Walonerèye, dispôy li canton prussyin d’ Måmedèy disqui oute di Tournai, å coron dèl Bèlgique, ine hiède di corèspondants qui s’ fèt on vrêy plaisîr di lès rac’sègnî, seûye-çu so çou qu’on l’zî d’mande, seûye-çu so çou qu’il ont trové èt qu’i fournihèt d’ leû prôpe chéf.

Po bin fé, èt po n’ piède nou timps al vûde, i convint qu’ tos lès cis qui travayèt å Dicsionaire di quéle manîre qui c’ seûye, sèyèsse å corant d’ tot çou qui l’ Comission d’ rédacsion fait. C’est po l’s î mète qui l’Sôcièté a k’mincî nawêre ine noûve publicåcion, qui parèt tos lès treûs meûs : li Bulletin du Dictionnaire général de la Langue wallonne.

Vola, mès binamêyès djins, çou qu’ nosse Sôcièté a fait so l’trèvint d’ sès cinquante ans.

Come vos ’nnè polez djudjî, èle a ’ne gote crèhou : å k’mincemint, èle n’èsteût qu’ lîdjwèse ; oûy, èle a dès grands brès èt èle lès a stindou sol Walonerèye tot ètîre. Èle n’aveût d’abôrd qui trinte mimbes titulaires pol province di Lîdje ; oûy èle ènn’ a r’qwèrou dîh di pus, qui r’présintèt l’Braibant, l’ Hainaut, Nameûr, li Luxembourg, èt minme li canton prussyin d’ Måmedèy, qui s’ dèlègué èst l’abé Colas Piètkin, li brave curé d’ Sourbrôdt, tot près dèl Baraque Michél.

Ine saqwè d’ curieûs, c’èst qu’è France ons a sayî, d’ deûs treûs costés, di fé dès Sôciètés come li nosse : èle ont tote toumé et, po l’ djoû d’oûy, i n’a è l’Eûrôpe — ot’tant dire å monde — qui deûs Sôciètés qui ravisèt l’nosse: li Sôcièté catalane, a Barcèlone, divins l’s Èspagnols, èt l’ Sôcièté dèl Suisse romande, a Berne. C’èst l’nosse qu’èst l’ pus vèye, èt s’ èle djåséve latin, èle pôreût prinde li fameûse dèvise : Crescit eundo, pus rote-t-èle, pus crèh-t-èle.

Dj’a co ’ne pitite saqwè a dîre so nosse Bibliyotéque.

Nos î avans rassonlé, avou d’ tote sôr di gros lîves di syince èt lès anales qui dès Sôciètés dè payîs èt d’ l’ètrindjîr nos avoyèt, [ 19 ]tot çou qu’ons a imprimé èt qu’ons imprime co oûy èl Walonerèye, ossi bin lès p’titès tchansons so dès volantès foyes di papî qui tos lès autes lîves walons, gros ou grèyes.

Nosse bibliyotécaire-adjoint, M. Oscar Colson, a-st-oyou l’ pacyince, lès meûs passés, d’ènnè drêssî tot l’catalogue å dièrin dès gos ; èt, tot fant d’ine pîre deûs côps, lu èt s’ camaråde M. Oscar Grojean, dèl Bibliyotéque rwèyale di Brussèle, ossu nosse planquèt, ont apontî tote li pårtèye walone d’in-ovrèdie di longue alène : li Bibliographie wallonne.

Vos v’s è dotez ’ne miète : tot çoula n’ s’a nin fait sins aidants.

Ci n’èst nin djustumint avou lès cinq francs l’annêye qui nos sôciètaires payèt, qu’on såreût cori fwèrt lon. Ureûsemint, li govièrnumint d’ Brussèle, li Consèy provinciål di Lîdje èt l’ Consèy comunål di nosse bone Vèye ont v’nou tos lès treûs a nosse sécoûrs. Il ont compris qu’on n’ såreût mîs fé qu’ dè k’sèmer dès bons tchants pôpulaires, pår divins lès djonnès djins, èl plèce dès cis qu’ vos savez bin ; il ont compris qu’ c’èst-ine oûve di påtriote di r’qwèri tos lès vîs mots walons qui corèt co ’ne miète al campagne divins lès cis qui n’savèt ni lére ni scrîre èt qui l’ progrès — mins nos ’nn’ èstans fîrs — manecêye d’èsse bin vite roûvîs, s’ on n’èlzî såve nin l’vèye po tofér tot l’s imprimant d’vins dès lîves èt co mîs tos lès rassonlant d’vins nosse grand Dicsionaire. Èt s’ on v’ dimande poqwè qu’ c’èst-a Lîdje qu’i fåt fé ç’ dicsionaire-la, vos rèspondrez qu’ c’èst pace qui l’ walon d’ Lîdje èst l’ pus walon d’ tos lès walons, èt qu’on l’ parole tot å coron dè payîs romain wice qui l’ Walonerèye tchèsse come vos dîrîz on cougnèt inte lès Tîhons dè payîs flamind èt lès cis dè Luxembourg èt dèl Prusse.

Dj’apwète cial — èt c’est-ot’tant d’ boneûr qui d’oneûr por mi — å govièrnumint dè Rwè, å Consèy provinciål Lîdje èt a nosse Consèy comunål, tote li rik’nohance, tos lès r’mèrcimints dèl Sôcièté walone.

Nos ouveûrrans pés qu’ måy po todi mèriter leû confiyance ; nos avans fwè qu’i nos vôront bin continouwer leûs aide lès annêyes [ 20 ]qui vont v’ni, èt qu’ lès consèys provinciåls dè Braibant, dè Hainaut, dè Luxembourg èt d’ Nameûr prindront eximpe so l’ ci d’ Lîdje èt qu’i n’ vôront nin fé mons qu’ lu, tot nos acwèrdant ’ne pitite saqwê foû-hiêr po nos aidî a covri ’ne pårt dès frais d’ nosse grand Dicsionaire.

Dji n’ mi rassîrè nin sins r’mèrci ossu M. Tièdôre Radoux, directeûr dè Consèrvatwére, si valureûs fi M. Tchåle Radoux, lès dames èt lès mèssieûs dè chœûr « a Capella » èt leû piyanisse, M. Tchåles Scharrès.

I n’ lèzî a falou dîre qu’on mot po fé tocter leû coûr di Walons ; èt so l’côp turtos ont stu prèts a v’ni fé raviker, d’vant l’ Sôcièté walone, lès Vèyès Tchansons qu’ ont tant fait cori lès djins, l’an passé, al Såle dès Fièsses di l’Éspôsicion.

Mèrci po turtos : lès airs qu’i tchantèt si bin d’meûreront l’ djowion d’ nosse djama.

Èt, po fini, ine grande, ine tote grande novèle qui nos a-st-arivé l’ saminne passêye di Brussèle, mons d’ sî djoûs après qu’ nos avîs scrît.

Monsigneûr li Prince Albèrt di Bèlgique a bin volou accèpter d’èsse mimbe d’oneûr dèl Sôcièté lîdjwèse di Litèrateûre walone, a l’ocåsion dè cinquantinme aniversaire qui nos fièstans oûy.

Voci l’ charmante lète qui l’ Prince nos a fait scrîre :

Bruxelles, le 18 Décembre 1906.

Monsieur Le Président,

Votre lettre du 12 de ce mois a trouvé auprès de Monseigneur le Prince Albert le meilleur accueil.

Les origines si essentiellement patriotiques de la Société liégeoise de Littérature wallonne, les services précieux qu’elle n’a cessé de rendre, depuis un demi-siècle, à la littérature populaire et à la science, rendent ce cercle particulièrement sympathique à son Altesse Royale.

Aussi est-ce de tout cœur que le Prince accepte le titre de membre d’honneur que le Comité lui a gracieusement offert à l’occasion de la célébration du Cinquantenaire de la Société

[ 21 ]

À son acceptation, son Altesse Royale joint les vœux les plus sincères pour l’avenir et la prospérité de cette utile institution.

Agréez, je vous prie, Monsieur le Président, l’assurance de ma considération la plus distinguée.

Le Secrétaire,
V. Godefroid.

Nos èstans fîrs, vos v’s èl mådjinez bin, di l’oneûr sins parèy qui l’ Prince Albèrt fait a nosse Sôcièté. C’èst-in-oneûr qui r’heût so nosse bon vi walon èt sol Walonerèye tot ètîre.

Nos èstans ureûs d’ Lî r’noveler cial lès sintimints d’rèspèctueûse rik’nohance èt lès r’mèrcimints qu’ nos Lî avans-st-adrèssî.

Èt, s’ vos pinsez turtos come mi, vos rèpèterez m’ dièrin mot d’ vins ’ne tchorleuse èclameûre :

Vivåt, co cint fèys vivåt pol Prince Albèrt di Bèlgique ! (Acclamations)