L’Leu eiét l’Chin

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
[ 15 ]

L’LEU EIÉT L’CHIN.

(Le Loup et le Chien.)

In leu n’avèt q’les ochats eiét l’pia,
Faûce que l’gêue des chins estét bonne.
No leu rinconte in doque, t’aussi cra qu’in jônne via
Qu’estét pierdu par là et qui cachèt s’mogeonne !
Li foutte enne trampe eiét l’mingi,
C’est s’t’ainsi qui v’lèt l’aringi,
Mai i fallêt toûrsi n’miette,
Eièt l’mântin vo l’liaurèt p’tette,
Foutu n’roulée dé permission !
V’la l’leu qu’intame conversâtion.
Li fai bin complimint su s’gréce,
— Oh ! achoute bin : si tu v’lèt, séce,
« T’pourrèt bin iesse t’taussi cra q’mi, respond ti l’chin,
« Leye là tés bots ! ça n’té vaut rin,
« Drolà vô stèt tertous minâbes,
« Vo stèt sètches comme dés misérâbes,
« Et pou vo soulagi, i vô faut crèvé d’foin !

[ 16 ]

« V’léz mingi in bouquét, poû vo rimpli vô vinte,
« I vo faut radmoin vô désfinte !
« Choute mé, vîns avèt mi, et t’s’ras brammin miœu d’moin.
— « Oyi mai, disti l’leu, i faura bin q’tu m’mousses,
« S’qui m’faura fai drolà, pou mi gangny mes crousses ?
— « Presquét rin, disti l’chin, agni n’miette les geins,
« Qui vourînt v’ni printe nô nargeins,
« Joûer avét l’zéffants, erléchi l’moin dé t’moèse !
« Et pou tes poènes, tira soki dain n’caisse,
« Tu mougneras dé l’pansée, du foète et du boudin.
— L’paufe Leu bréyét, fauce qu’il estèt contin !
Pou l’preûmi coup dé s’vie, i dallét iesse à s’n’auche.
I vout rabrassi l’chin, faûce qu’il estèt binauche.
Mai i voèt du momin, qui d’allèt l’rabrassi,
Q’lès poeyes pa d’zous s’gohii, éstint tout arachis !
— « Léye in pau vire, quoèsqué t’a là pou n’rogne ?
« O, ça c’n’est rin ! — « T’és pourtant tout scôrchi ?
— « C’est s’tenne pétite saquoè ! S’qu’on t’aurèt foutu n’brogne ?
— « Taiche tu, n’woète né ? — Aurét-ce esti cochi ?
— « C’est p’tette ell’ plasse dé l’chaîne, ousqué j’su alachi !
— « Alachi, disti l’Leu, ét n’vasse né ousqué t’vout ?
— « Né toudi ! S’què ça t’frét dé l’poéne ?
— « Si bin q’pou mougni l’soupe échenne ;
A c’conte là jé n’vou né, et t’pou dire que j’min fout.
Là d’su, l’Leu prin ses jambes à s’palle,
I fout l’camp dains les bots, et copu roèt qué n’balle.

MORALE :

C’est pou vo dire Françoët : q’pou avoè s’liberté,
On s’fout co bin d’iesse rit’che ! on aime miœu l’pauvrété.