Les deux Baudets

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
[ 14 ]

LES DEUX BAUDETS

(Les deux Mulets)

Deux vi baudets, comme dè jusse qu’estint d’ Binse,
Rottint sû Châléroèt, tout seû, sain leu baud’lî.
I un kerchi d’sâbe, i n’in pinset né moinse,
Laute kerchi d’liards, tout fier chuvèt padrî.
Si bin qué s’queuwe d’estét toute rette,
I strichèt sés orayes ! i fièt sonner s’guerlot !
— Du tienne dè Lierne, lés zév’la à l’coupette ;
Ça dallèt comme su dès roulettes ;
Mai arrivét dain l’fond d’ Goblot,
— Deux rattindeux vude nu du Bot !
I strindèt à leû guette ! —
I sautelle nu su l’sîn qu’a lès liards dain s’malette,
On li prin tout ! in li r’darant in coup d’chabot,
In bon coup d’pîd dain s’vinte, in coup d’baston su s’tiesse,
A mitant desmoulû, i leye nu là l’paufe biesse,
Qui jumissèt in réclamant s’camarade,
Pou co l’rapogî qui li dit :
« Choûte bin : si t’avèt sti kérchi,
« D’in vî sâtche dé sauvlon comme mî,
« Vî coûsse, tu n’srèt né si malade.

[ 15 ]
MORALE :

Nia rin d’si bia q’iesse ritche, d’awoët in bia impoèt,
Mai si ça toûne maû ! gare la bombe !
Chéyet, vo stét moins q’rin ! et d’vint vô sti n’saquoèt,
L’solia vint lûre à costèt d’l’ombe !
C’est què l’sin qui chai d’haut,
Pou toudi s’fai brâmmin pu d’maû.