Les bièsse malâde dè l’pèste

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : RifondouFeller-Francard.
[ 5 ]
Les bièsse malâde dè l’pèste.

On mâ qui l’ moirt fait resdondi,
— Mâ qui l’cîr apogn’ todi
Quand s’ vout vingî d’on côp di tos les crîm’ dè l’ terre,
Li pèst’, puisqu’i nos fât dir’ si no tot â long,
Capâb’ so ’n’ seûl’ journêie d’arichi l’ vî Câron,
Ax pauvès biess’ livrév’ li guerre.
S’ell’ ni mori nin tot’, tote estît bouheie ju :
On n’ veyév noll’ riprind’ li d’su,
Po s’ kibatt’ cont’ li moirt comm’ quand on sint qu’on moûr.
Noll’ bèchêie ni r’ picîv’ leu coûr.
Ni leu ni rnâ n’estît mettou

[ 6 ]

A l’affut d’ quéquè ènnocinn’ prôïe ;
Les tourturell’ si tournî l’ cou :
A r’veie l’amour, â r’veie li jôie !
Li lion tint conseie et dit : «  ji creûreu bin,
Camarâd’, qui noss’ chatumint
Est in’ dans’ qu’à nos fâtt’ d’à l’ copett on avöie.
Qui l’pus coupâb’ di tot l’hopai
A cîr so l’côp liveûr si pai :
Mutoi qu’tot parant l’bott’ les aut’ âront l’veie sâve.
Les vîlès complaint’ racontèt
Qu’ c’ est ainsi qu’ les affair’ si fèt ;
Qu’on s’accus’ donc turtos, franç-jeu, kwârgeu so tâve.
Por mi, qu’at-st’-in’ dintelle à broï des ohai,
J’a stronlé boûv, mouton et vai.
Qui m’avît-is mâie fait ? Noll’ pône.
J’a mêm’ pus d’in’ feie èherchî
L’ biergî.
Ji mourrè donc s’el fât, min ’m’ sônne
Qu’on s’deut turtos k’fesser : po fér n’saquoi d’adreut
I fâreut-ess’ bin sûr dè touwé l’pus moudreu. »
Signeur, riprind li rnâ, vos estez trop bon prince
Li moind’ chîechêie por vos a l’air d’esse in’ saquoi.
Magni saquant mouton, sottai qu’sont in légeince
Est-ce in’ mâcul’ po l’ ci qui fait tronler les bois ?
Nenni, nenni, dihans qui vos l’s y fîz, signeur,
Tot les crohant, baicôp d’honneur.
Et qu’ parlez-v’s dès biergî ? N’est-c’ nin d’ces hargolet
Qui pinsèt qu’nos poïèch’ valèt mons qu’ leus laids ch’ vet ?
El’s y rivnéve in’ beie,
Et v’s nâriz po l’s y d’ner polou ess’ trop-s’ abeie —
Ainsi jâsat li rnâ et plakeus d’aplaudi.
On n’ wèsat nin trop kisinti
Dès tîg’, ni d’l’ours ni des aut gros Baudârd
Çou qu’ les rindéve à l’ pus pindâre ;

[ 7 ]

A hoûter leu samrou : di turtos jusqu’â chin
C’esteut n’ confrairèie di p’tits sint.
L’âgn’ vint à s’tour et dit : « ji song’ qu’in’ matinèie,
Èn on pré d’on covint passant,
Li faim, l’ bonne occasion, lès hieb’ plint’ di rosèie,
Et l’ dial d’appétit mi kpiçant,
Ji twèrcha di c’hai pré in’ malheureus’ linwèie.
Ci n’esteut nin d’à meûn po bin dir çou qu’ enn’ est. »
So çoucial on brèia : Broquans tos so l’ bâdet !
On leu qu’ tronlève è s’pai ramassat ’n’ grand’ boueie
Po prover qui fallév’ diheuss’ ci mâ twerchî,
Ci pouïeu, ci rogneu, akçu d’ tos les pèchî.
Si mâcul’ fout jugeie ine affaîre exécrâbe :
Magnî l’hieb’ d’on covint, qué crime abominâbe !
Rin d’aut’ qui l’moirt n’esteut capâbe
Dè puni l’scélérat.
A l’ vole on v’s l’ahèssat
Dè l’justic’ di so l’terr’, çoucial donn’ li meseûr,
Les gros s’ennè moquet, min les ptit l’paièt deûr.