Les Bourdons eiét les Abelles

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
[ 28 ]

LES BOURDONS EIÉT LES ABELLES.

(Les Frelons et les Mouches à Miel.)

Des bourdons in bia jou, in grawant dain n’potelle.
Estint cheû sû in nigot d’mielle !
D’sant q’çai da ieuses i v’lint l’vinde au mârchi !
Mai conte ieuses n’iavèt n’binde d’abelles,
Qui l’l’erclamint étout, ét n’voulint né l’lachi !
Ça va au tribunâle, i perde nu n’wespe pou juche :
Elle fait s’procès verbâle, eiét l’prin l’plan dé l’ruche
Oû s’ qu’elles disint : qué l’mielle avet s’ti fai
Et pou témoin elles s’évont quai,
Leu camarade in coq d’aoûsse,
Qui rache ess’filet ét qui mousse :
« Qu’il a bin intindu, dés p’tites é biesses brouyi,
« Qui n’saurét lés r’connéche, fauce qu’il ai inbrouyi !
— Il ést prouvét pau vierre, pau créquion, pa l’garzéle,
« Qui n’saurint né dire qui, mai q’çai des biesses a zéles !
« N’vie abelle prin l’parole, ét dit : nia qu’in moéyin,
« Pou nous autes vudi du pétrin :

[ 29 ]

« Aboutét l’ruche droci, ét in deux partagelle,
« D’dain ch’qu’n’un d’nô costét, fions rade in scallot d’mielle ?
— Les bourdons ont chittét ! i sintint v’ni l’ognon !
In chittant i moustrint : qui n’estint q’dés angons.

MORALE :

C’fauve ci no mousse enn’doube lesson :
C’est qui pourrét vali, qu’in procès, qu’enne disputte,
S’arring’ret à c’mode ci, ça s’rét fini tout d’chutte !
— « Et q’cest s’tau mûr qu’on voét l’masson.