Li ciette et l’ frumih

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Feller-FrancardRifondou walon.
[ 1 ]
Li ciette et l’ frumih.

Li ciett, d’avu chanté
Tot l’osté,
Si trova so n’foër mâl’ cohe
Quand volît les blankès mohe
N’avant fait nou ptit spâgn’mâ :
Rin so l’tâv’, rin è l’ârmâ.
Elle alla braire à l’famènne
Dilez l’frumih si voisènne,
Ell’ priant di li pruster
In’ bècheie, po vicotter
Tant qui l’nivaie fouhe èvôïe,
Avou profit, vôïe-non-vôïe,
Foi d’mi, dist-elle, po l’ St-J’han,
V’s rârez vos miche èn on pan.
Li frumih n’aim’ nin l’èpronte,
C’est là l’ moind’ di ses dèfaut.
— Qui fiz-v’s donc quand y fév’ chaud ?
Dist-elle, à cis’ grand’ sins honte ?
— Nutt èt jou, avâ les champs,
Ji chantév’, po v’s dir’ li vraie.
— Vos chantîz ! Dansez, mamèie :
On n’aid’ nin les gin trouant.

(prononçaedje a pô près zero-cnoxheu)