Pådje:Antoine Kirsch - Traduction de quelques fables de La Fontaine, 1886 (in BSLLW t. 8 (s. 2), p.65-73).djvu/1

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.



Traduction de quelques fables de La Fontaine
PAR
KIRSCH.
DEVISE :

Par amour dè wallon
Et dè vi bouhon.

Li ciette et l’ frumih.

Li ciett, d’avu chanté
Tot l’osté,
Si trova so n’foër mâl’ cohe
Quand volît les blankès mohe
N’avant fait nou ptit spâgn’mâ :
Rin so l’tâv’, rin è l’ârmâ.
Elle alla braire à l’famènne
Dilez l’frumih si voisènne,
Ell’ priant di li pruster
In’ bècheie, po vicotter
Tant qui l’nivaie fouhe èvôïe,
Avou profit, vôïe-non-vôïe,
Foi d’mi, dist-elle, po l’ St-J’han,
V’s rârez vos miche èn on pan.
Li frumih n’aim’ nin l’èpronte,
C’est là l’ moind’ di ses dèfaut.
— Qui fiz-v’s donc quand y fév’ chaud ?
Dist-elle, à cis’ grand’ sins honte ?
— Nutt èt jou, avâ les champs,
Ji chantév’, po v’s dir’ li vraie.
— Vos chantîz ! Dansez, mamèie :
On n’aid’ nin les gin trouant.