La p’tite coumére avu la blantche camisole/II

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.
I
La p'tite coumére avu la blantche camisole, 1987

In dîmatche nin come èn-ôte

Èdû ç' quu t' vas co trin.ner, à l' nut', hê, Pâtchoû Piquet » ? di-st-i Rutabaga après mèsse.

C'èst l' moumint qu'on s' ratrocule ou cu d' l'èglije pou vèy comint ç' qu'on va k'chèrer l' timps dul yèsprêye èt dul chîje. Minme lu Pière Djan-R'naud èt Blanc Cabu, qui n' crwayèt pus ni à Dju ni à Djâle, s'amon.nèt pyime pyame pou-z-ariver jusse quand lès djins sortèt du tchapau d' l'èglije. On d'meûre sutampé là in quârt d'eûre, ène dumèye eûre. À l'èsté, on s'assît su la mèraye da Tchofile. Quand i fwèt mwês, dju f'jans nosse raploû dins la p'tite guèrite pou ratinde l' autobus' ; û bin qu' dju moussans dirèc' amon Claire pou bwâre nosse dumi èt djouwer ène paurt du couyon.

« Hô, mi, dj'îrê coûtcher à l' paro avu chûr pont d' coumére à l' suponte, dis-dj' franc batant. Dju dos-z-è raler à Brussèle dumwin du t't-au matin, èt dul vèsprêye, dju t' garantis quu dju m' vas fornauji pou wêter d' foute la pètêye à R'dû. Tu sans bin qu'après ç' toûrnêye-là, dju s'rê bin trop scran pou m'aler k'twâde èt s' du pèstuler avau lès sâles du danse à l' nut'.

— T'ès toudi manti, là, valèt. Wête, tins, t'ès l' nez qui racrole. Tu s'ros mou malaude va, quu tu n' pus nin d'djà 'nn' aler aus couméres lu sèmedi pou n' nin-z-ariver tané come ène pê su l' tèrin lu dîmatche dul vèsprêye, èt d' co z-èsse rassèré pou l' dîmatche à l' nut'. C'èst nin pou rin qu'on t' trête du rôleû d' dicauce.

— Pourtant, c'èst come dju tu l' dis, là, vî chaugnârd, quu tu n' mu crwâs nin. Tu n'ès qu'à v'nu vèy ti-minme à m' lit, s'i n' tu faut qu' ça pour twè z-èsse binauje. Dju n' rècherê nène paurt, quu dju t' dis.

— Èt mi ossi! Chûr quu dj'î vêrê vèy, parèt. »

Alêz ! c'èst d' mousser amon la Claire pou-z-è duchchinde yène û deûs, insi. Dj'ê gosî qu' èst fin d'zêwé, là, mi. Dj'è profiterans pou taper èn-oûy su lès p'tites gazètes pou vèy èyû ç' quu dj'îrans pou s'aler k'cheûre la duspouye à l' nut'.

---

Dj'ê chapé deûs gauls dul vésprêye : yink su in cwan.r'nêr' qu' aurot yu moussé dé l' piquèt; èt èn-ôte quu gaul avot sté lobé, qu'il avot rèchu trop lon fû d' sès piêtches, èt qu' dj'ê sté r'quêre quausu s' la ligne. Dju n' nous-ans nin seû partadjer avu R'dû; c'è sté fwârt au fwârt tout l' timps, èt dj'ans ronsté l' match su yink à yink. Après la paurt, dj'ans co sté gordjer in p'tit côp après lès d'mis à l'aubète du fot'bal du R'dû, pis dj'ê rabroûyé vitemint à l' maujon.

Dju m'ê r'chèré come i faut èt dj'ê mètu mès bês mousse­mints d' dîmatche.

- Mâria Dèyî ! Bin çu n'èst pus li qu'èst li, di-st-èle la mére. Û ç' quu t' vas, quu t' t'ès fwêt si faraud ? Tu r'loûs come in nû sou.

— Dju m' vas û ç' quu lès gades su sukèt », ê-dj' ruspondu.

Dju n'inmos nin qu' la mére, èt l' pis d' tout, mès seûrs — soyinche yauk su mès cour­tisadjes. Quu ça vache come ça vut, lès «gamines» — ç'astot insi quu dj' loumos mès deûs seûrs — lu raprêrint toudi vite assez avu leûs camarâdes du scole. C'èst co bin d'astchèyance s' i-gn-è nin ène parèye à zèles qu' èst mètûye pou m' rulurter t't-aleûre si dj' vas à l' dicauce à Atrivau.

Wès' bin, don, qu' tu t'î crwâs d'djà! Hauw, valèt! I n' faut nin vinde l'û qu' èst co ou cu du l' pouye. Quand tu l'aurès, tu l'osserès. Moutèt qu' la p'tite coumére avu la blantche camisole aurè èn-aspêtchemint; û qu' sès parints n' la lêront nin rèchu toute seûle…

Mês dudpis timps quu dj' roûle lu payis, dj'ê apris à causer aus parints, surtout aus méres. S' i-gn-è qu' ça come pire dins la rôye, dju troûverê toudi bin l' toûr pou l'awèr vôye.

Abîe ! Ène pitite dêrine bârbauje du ciradje su lès solés; ramantcher la papelote qu' èst mètûye du biêr. Dju vus ranoker lès lacètes; dju lès­ acramîe in côp, deûs côps; çu n'èst qu' du trwâjime côp quu dj' parvins à fé la flotche. La mére wèt bin quu dj' pèstule come ène vatche qu' èst pou fé l' vê; èt èlle è profite pou m' sucrèper in pô la coyine.

« Tout doûs, m' valèt. Marîe qui fortrote s'apîte dins sès cotes. Tu n'î ès nin co, va, û ç' quu l' pitit bonome s'è ruspwâsé.»

C'è-st-aradjant du n' nin polu catcher qu'on-z-èst su dès tchôdes bréjes. Bin, va, i vaut co mi la lêre dire quu du n' rusponde. C'èst cé qu'èst l' pus malin qui s' têt.

Dj'apice bê-z-èt rèd lu pindant d' clés avu lès cés d' l'auto, èt hay èvôye come in fô après Glêreûse.

---

Tins, wê, qu'i-gn-è co bin dès sconcîres su l' duzeû d' Tchan.mont. Dju n' l'avos nin d'djà rluvé an r'passant l'ôte djoû à l' nut'. Mês pour mi, c'èst lès dêrines. Dj'ê idêye quu dj' s'rans d'abôrd fû d' l'iviêr èt quu t'tafwêt s'rè r'ligné pou dins wit' djoûs. Il è ranoncé du bê timps ou posse au matin.

C'èst nin l' tout d' tûzer, valèt. Wête à t'n-ovradje! Là qu' t'ès sté roûler dins in pèchotis'.

---

Tins! qu'èst-ç' quu c'èst du ç' fouye du papi-là qu' èst qui trin.ne là à l' tère? Dandjereûs yauk quu quéqu'in aurè lê tumer fû d' sa potche èt qu'on-z-aurè r'tchonké dins la nanche pou lès papis d'auto; èt qu'èle n-unn' aurè chipé djus. Tins, ça m' dène ène idêye, ça…

Vou-m'-ci à Viance. Tins qui ç' quu v'là ? C'èst la vîe Florîe du Pwis' qu' èst qui rachouve sa pavêye avu s' ramon. Dire qu'èle n'è jamês pont volu acheter d' brouche, don! Èle n'unn' è qu' pou s' ramon. Èt l' qué, djâle m'ancate! In vî broustchon qu' èst mougné quausu jusqu'ou sto ; jusse bon pou chouver lès rans d' couchèt, èt éco !

Maugré tout, la Florîe du Pwis', c'èst ma camarâde. C'è-st-ène vîe coumére qui va chûr su sès sèptante ans, mês qu' èst co mou rèvèrante pou s'n-âdje. Èle tint deûs vatches, trwâs vês èt quate lapins, èt s' lèzî troûve toudi in p'tit cayèt pou-z-outcher l' vètèrinêre. Èt come ça put toudi ratinde, c'èst mi qu' èst an d'vwâr d'î aler vèy quand dju r'vins à Transine à l' fin du l' sumwin.ne.

- I gn-è rin d' malaude çu s'mwin.ne-ci, ô, Florîe ? dis-dj' avu ène glignète t't-a baukant pa l' vite du gautche uch.

- Bin, grâce à Dju, non.nè. Mês têjans-nous ! I n' faut nin causer du ç' qui va bin; ça atire lès mwês sôrts. »

Dju n' la lês nin dire, ca ôtrumint dj'astans vôye pou jusqu'à d'mwin.

« Dijèz, ô, Florîe, qui qu' c'èst, don, lès djins qui d'mèrèt à l' rèchûe d' Glêreûse, la dêrine pitite cinse, à gautche an 'nn' alant comme pou z-aler aus trouferies ?

- Bin c'èst Popol du Kèbê, don, quu c'èst co parint avu mon Dolfine, la vèjine du vosse non.nonke; savèz bin, don… »

Èle vut dire ôte tchôse. Èle su rapinse. Mês, mi, dju fwès l' cé qui n'è nin oyu. Dj'abrèye vitemint la prèmire èt dju crîe in « mèrci brâmint dès côps, là, Florîe, èt à r'vèy, insi ». Èt pis, a djumi vôye après la vôye du l' Djustice èt la gâre d'Anlè !

C'èst toudi mi qu'i faut qui mète in halte-là aus d'visadjes avu la vîe Florîe du Pwis'. Qu'èst-ç' quu v' vlèz ! Lès vîes couméres, c'èst toutes tchawètes inlà. Quand c'èst quu v' copinèz avu zèles, ca pô qu' vous l'vîche vosse lingue au hôt, èles rataquèt avu leûs litânîes èt leûs ranguinnes quu c'èst dès r'vas-î qu'on n'è wèt pus la fin. Èt v' saurez co pou vosse gouvèrne quu lès nouvèles da Florîe du Pwis', c'èst toudi lès dêrines cwèdûyes. Dj'auros bin yu counichance dès pus tchôdes su lès djins d' Glêreûse si dj' auros volu, mês c'èst quu l' solê astot dèdjà bèl èt bin duch­chindu èt c'est nin môde du djint qu' d'ariver à ène maujon qu'on n' connut nin après solê djus.

---

Quand dj'ê passé oûte du l' crèsse du Fidjoyé, i-gn-avot d'djà pus qu'ène roudjeûr ou coûtchant, èt ç' n'èst qu' duvè l'anuti qu' dj'ê apwinté la vie vôye dès trouferîes, jusqu'à djondant la maujon du l' pitite coumére avu la blantche camisole.

I-gn-avot jusse dul lumîre après lès staules. Dju vas pou mousser pou prèmi uch, mês il astot sèré. Dandjereûs pou-z-aspêtcher lès courants d'êr qui s' fijèt toudi dins in staule quand c'èst qu'on-z-uchule pou in rin. I-gn-è rin d' pus mwês qu' lès côps d'êr pou lès vês atraper la tous'.

Mês pa l' bawète dès pouyes, èt pa l' vite du purnê, on-z-oyot lès tchin.nes qui s' kutchokint. Dandjereûs qu' lès biêsses astint qui gordjint après l' fûr mètu ou ruslî. D'èn-ôte dès costés, pa l' vite du l' pitite place inte lès staules èt la maujon, on-n-atèdot broûyer la scrameûse à lacê, C'èst quu l' sougne astot d'abôrd oûte, là, ça.

À l' place du toker à l'uch du staule — on n' sét jamês; pa dès côps qu'il aurot yu sté condâné pou l'iviêr —, dj'ê moussé pa la pwate du l' grègne; û putot pa in p'tit uchelèt qu' èst trawé dins la grande pwate pou-z-î polu intrer sins-ambaras

Ç'astot co ène grègne come dins l' timps, avu lès deûs travûres, yène ou d'zeû du staule dès vatches èt l'ôte ou d'zeû du staule dès vês. Mètu qui r'wêtot la pwate, ou d'bout du grègne, v's-avîz l'oûrdi, quu lès tch'faus moussint pa d'zous dins l' timps. Èt jusse ou d'zeû d' vosse tchêsse quand v's­intrîz, i-gn-avot co in racwin qu'on loumot bèrôdi. À gautche a-z-intrant, vos ravîz èn-ôte pitit-uch qui d'not dandjereûs su l' sutaule dès vatches. Dju m’ sutike atur lès-èquipadjes qu'ont sté rintrés à l' grègne pou l'iviêr, èt dju poûsse l'uch du l'inte-deûs. Lès pindemints tchîpèt in p'tit côp. Dj'arive dins in p'tit passadje inte deûs mèrês. À drète, v's-avîz in culot qu'on mètot lès tch'faus dins l' timps, dandjereûs. À gautche du p'tit passadje, oûte du mèrê, z-avîz cinq chîs djunis toûrnêyes quu ç'astot chûremint pou raplèni après l'iviêr. L'alêye du mitan vinot d'èsse runètchêye. Lès vatches astint mondêyes èt stèrnîyes. Èlle astint qui goulint dins la stamounêye après la farine d'ôrdje èt l'âksèle.

I falot vèy, valèt, qué prèmî staule amon cès djins-là. Quausu toutes vatches toûrnêyes ! Lu vètèrinêre nu d'vot wêre chômer avaur-ci, ca ça d'vot-z-èsse in bon cliyant pou lès bout'nîres. Wête d'apicer ç' pratique-là, tês', twè, valèt, pou si pa dès côps tu t' mètros à t' compte ou payis. Come du jusse, lès vatches astint arandjêyes avu lès mèyeûtes mètûyes ou d'vant dé l'uch, pou fé parèche lu staule. Pis, èlle alint a duscréchant djusqu'aus djunis d' l'anêye passée qui v'nint d' vêler pou l' prèmî côp. T'avos toudi aujî : tu 'nn' avos nin ène pus lêde ou mitan dès bèles; nin ène minâbe; nin ène pitite sâkêye quu t'auros yu dit d' lèy : «  wête in pô ç'titale, qué rawîjêye quu c'est ! »

Lu pére du l' pitite coumére avu la blantche camisole, ç'astot chûr in mou r'wêtant orne. Dj'astos piêrdu dins mès tûzadjes, et dju n' l'avos nin d'djà veû assîs su in p'tit chame ou fond du staule qui rasgoutot ène bleûe vatche. A m'aprotchant, dj'ê avisé du côp qu' la biêsse fijot dul mamite, ca pa dès côps, t'avos la tète qui s' sutopot, et pis dès matons qui stritchint fû avu lacê. Là co bin quu ç' n'astot qu'à in quartî. Tins, wê, là in bon moyin d' fé s'n-intrêye : moustrer qu'on-z-è du mustî, mês sins fé du ronflant come pou dire quu lès cinsîs n'i counichèt rin. I-gn-è dès cinsîs qu'è raprêrint à mwint' sucolîs vètèrinêres qu' i-gn-è Maugré tout, à l' fin, dj’inme mî ataquer ôtrumint : Bin on-z-è co yu vitemint ronsté l’ sougne, dis-dj', franc come in tigneûs. Dju djouwos ou cé qu'on lî ruspond: « Dju v' connus bin, mês dju n' vous r'mèts nin ».

«  Bin c'est qu' c'est dimègne, là, enut’. Il èstéve timps d' s'avancè si on vout r'wêtè l’ fot'bal ou posse à imaudjes ». Tènoz, tènoz ! Nost-ome, c'è-st-in Fauminwès. Pourtant, sa bwêcèle causot come pavaur-ci. On wèt bin rin qu'à vèy la djint quu c'è-st-èn-ome sins brut qui n' dot wêre hanter avu lès vèjins. Maugré tout, c'è-st-ène mou avenante djint. On cause du djètadje et du modadje et du cina — compurnez : lu mondadje, lu trèyadje, la travûre — « avu l’ dêrin tassê d' fûr qu'astot soutenu paus-ôtes qu' è vêlé et qui dj'a bin manquè d'avèr lès botês so l' tièsse ».

Pis après, i m' mousture sa môde d'alachadje dès biêsses : pou c'mècer, èlles ont tourtoutes in doube loyin, pour zèles nu-n-nin aler aus-ôtes. Èt pis, i lèzî è amantché in câré bokèt d' cûr inte la biète èt l' deûjime anê. « Cite anéye-ci, so tote li campagne, dj'avans yu jusse on vê qui s'a mussè; savèz bin, don, quand c'èst qu'il s' distrapèt fou do loyin a r'culant, èt sins câssè l’ tchin.ne. C'èstéve dèl nêt. Là co bin qu' dj'avéve on prèmî tchin qu'anonce do côp quand i-gn-è one bièsse di disloyéye. Mês dji n'alans nin d'mèru stampés là o staule come dès bâbaus, dandjereûs. Ratèdèz qui dj' tire mès botes, èt s' moussèz todi à l' maujon. »

Dju n' sés nin si v's-onz rul'vé ç' pont-là, mês jusqu'asteûre, dj'ans causé du pus d'in quârt d'eûre avu l' Popol du Kèbê sins qu'i m' dumande qui ç' quu dj' sis èt pouqwè qu' dju l'ê v'nu trovu. Là co yauk, wê, quu vous n' troûverez nin anion Iès gros. Zês, is v' suplitchèt du côp quu v' sounèz à leû-z-uch. Mètans qu' l'ome du Glêreûse mu r'mèt moutèt bin : dju c'mèce à-z-èsse connu come lu mwês sou.

Pou-z-ariver à l' maujon, i faut mousser pa l' pitite place avu la turbine. La cinserèsse èst qui r'choûbe lès potiquèts du l' sucrameûse à lacê. La crinme è d'djà dandjereûs sté ronstêye ou frigo, peûr dès microbes. Lu scramé lacê pou d'ner aus vês è sté voûdé dins dès bidons. I m' san.ne quu c'èst l' bon moumint pou fé ma comission.

« Dju sis l'ome du Transine qu'è ramon.né vosse bwêcèle du Libraumont djûdi passé; savèz bin, don; lu djoû qu'i-gn-è yu tant d' broûyârd. Dj'ê r'trové in papî dins l'auto. Dju dumande s'i n'aurot nin tumé fû dul potche du sa p'tite blantche camisole, quand èlle è pris s' moutchwè pou moutcher s' nez, qu'èlle avot in pô l’ matchèré. »

Pou ça dj'avos minti. Lu fâmeûs papi, çu n'astot qu'ène réclame d'invitâcion à in strimadje du twâyes du pintes à l'ôtèl du l' Bâriére. Mês c'èst ç' fausse comission-là qu' dj'avos sondjé pou fé m'n-intrêye amon lès parints du l' pitite coumére avu la blantche camisole.

Timps quu dj' causos, l'ome s'è sblari. Tu-n-auros dit qu'on lî avot ac'sègné in côp d' baston padrî la hènète. Il è duv'nu blanc come in mwârt. I s'è sté assîr su lès montêyes atur la p'tite place avu la turbine èt la maujon, come pou s' rawèr. Mi, dju n' compurnos rin ou tâblau. Qu'èst-ç' quu dj'avos dit d' mau ? Dj'èspère bin qu'i-gn-avot pont arivé d' maleûr à l' pitite coumére avu la blantche camisole.

On m'è fwêt mousser à maujon. Pîs, come il î f'jot stoûfant à cause du l' caboulêye qui cûjot pou lès couchèts, on m'è mon.nè à l' tchambe duvant. On v'not d'alumer crapaud èt la place astot jusse câssêye. On m'è voûdé l’ cafè èt la goute. La mére s'è lê flacher dins I' fauteuy ou culot, èt s'è pété à brêre come èn-èfant. Èlle avot tout l'êr du d'vu passer in mwês moumint. Dj'avos co bin tchwâsi m' djoû ! Mês qu'èst-ç' quu dj'avos, djâle, bin dit pou lès stoumaker inlà ? Èt si dj'avos pa dès côps lautché yauk qu'i n' falot nin, pouqwè qu'on m'avot voûdé à cafè, d'abôrd ? Dju n'è r'vins nin co quu dju l's-ê fwêt tumer a saisine inlà. C'èst tout l’ minme awarant d' vèy deûs paujîres djins dins in sbaremint parèy après deûs frâses èt trwâs mots.

C'è-st-à ç' moumint-là qu' dj'ê tapé mès-oûy su l' djîvau. Tins ! dju vus qu'on m' côpe la tchêsse quu v'-la-là a foto s' la tch'minêye, la p'tite coumére avu la blantche camisole. Joûrnêye du Dju ! Èle n'è nin tchandjé dudpîs don, parèt. C'èst come si on-n-aurot yu pris la foto djûdi passé! C'èst toudi drole, ca lès couleûrs, zèles, sont d'djà in pô sblarîes. Lu pére rinture à ç' moumint-là, èt i m'avise quu dj' si qui bauke après la foto. C'èst li qui câsse la basse mèsse :

- Vous d'jèz qu' z-onz v'nu ramon.ner nosse bwêcèle ciddé djûdi passé. C'èst vous l'auto qui s'è arèté d'vant l'uch êt qu' è d'mèru in moumint s' la pavêye duvant du r’parti, d'abôrd ?

- Jusse! C'èst mi. Dju l'ê rascontré qu'èlle astot qui ruv'not à pîd, in pô oûte du pont du R'cogne. Dju n' alos tout l' min.me nin la lêre toute seûle avau lès vôyes pa in timps parèy, dandjereûs.

- Comint ç' qu'èlle astot ?

- Come su la foto qu'èst mètûye Iaddé su l' djivau, wê; lès minmes-oûy, lès min.mes tchuvès Dju n' vôros nin z-è fé in vrê, mês dju crwâs, mile djo, qu'èlle astot min.me moussêye come su la foto : avu ène pitite blantche camisole avu in roudje keûr su la gavêye à drète.

« Doûs Jésus misèricorde ! » qu'èlle è criyé la mére a c'mèçant à tchûler dins su d'vantrin èt à su dlamèn'ter come ène piêrdûye; qu'èst-ç' quu dj'ans fwêt ou Bon Dju pou qu'i nous-è fwèche vèy insi ? Quu lî ans-dj' fwêt, Mâria Dèyi, vous mu l' dîrîz bin, vous ? Pouqwè qu'I punit lès djins èt qu'I n' dit nin pouqwè ? Pouqwè qu'I nous lêt a l’ pon.ne ? Si dj'ans fwêt yauk du mau, qu'I nous dîje qué nûvin.ne qu'i faut fé, qué sint qu'i faut priyer. Çu n'èst pus du djeû, ca çu n'èst pus du djeû. Qué maleûr! qué maleûr, toudi ! Dju n' lu souwêteros nin co à in tchin.  ! lès djins sont pus malèreûs qu' lès biêsses; dju dis : lès djins sont pus malèreûs qu' lès biêsses, pace qu'on n' lès toûwe nin. »

Èlle astot qui hik'tot èt qui tchûlot come èn-èfant. I-gn-avot pont d' fin qu'èle su rôche. Su moutchwè à p'tits pwès astot fin frèch. Èle tran.not d' toutes sès mwins qui grèvissint èt s' cutwârdint su lès keûdes du fauteuy.

L'ome è wêté d' la rapauji come il è p’lu, pîs il è causé :

« Nosse bwêcèle, Nowèle d'abôrd, è tumé malaude duvè l’ mitan d' l'a.ous', là d'djà bin trwâs-ans. In drole du mau, alèz ; èle su plindot toudi du vinte, surtout ène place juste ou-d'zeû du l' boutroûle. Ou c'mècemint, on d'jot avu la mére quu ç'astot d' mougner d' trop d' biokes — èlle astot rindûye après. Pa dès côps, èlle astot rassèrêye, èt pa dès côps, èlle alot à l'uch quate, cinq côps par djoû. Quand c'èst qu'èlle astot rassèrêye, dju lî f'jins prinde ène bârbauje d'ôle du ricin dins ène pitite goute. Ç'astot radicâl; mês non pus après, èlle atrapot mau l' vinte. Pou n' nin couru ou docteûr tous lès djoûs, dju lî f'jins dès-anvelopemints : la mére trimpot in linçoû dins dul tchonde êwe êt èle lî rafachot l’ vinte avu. Pis adon, èle lî ratwârtchot co ène échèrpe du lin.ne dussus. Dju f'jins co bin insi come à l' vie môde, pace quu dj' n'avins nin dès banselêyes du sous à k'chèrer. Èt pîs, nôs parints nous avint apris à adèri lès-èfants. Çu n'èst qu'après ène tèrmine qu'on-n-è bin veû quu ç'astot pus lêd qu'in dusrandjemint d' boyê. Dju n'ans nin volu qu'èle rinture à scole ou mwès d' sètambe. Èlle è moussé à l' clinique à Libraumont, c'èst pou-z-î trin.ner èt trin.ner. Il ont yu bê la piquer tous costés, èt analise par ci; èt radio d' toutes sôrtes par là; pou dire lu vrê û ç' qu'il èst : is n' wèyint nin ç' qu'èlle avot. « Lès roudjes globules rumougnèt lès blancs » dijint-is. C'èst toudi aujî à dire, mês pouqwè ? Pa qué sint ? Is n'ont jamês seû l' fin mot su l' mau, èt c'èst quu : is l'ont voyé à Baviêre. Qué coûr'rîe, vous-ôtes, pou l'aler vèy là-drî. Quand ç'astot nin yink du nous deûs qu'astot avau lès vôyes, ç'astot l'ôte. Dj' auros volu qu' z-aurîz veû come is l'ont tchauspougné, cès-ârlants-là. À fin, èlle avot dès tuyaus qui lî brikint tous costés. I falot vèy come èlle astot ustchêye. Lu pîs d' tout, c'è sté d' nous dusfinde du l'aler vèy; is nous d'jint qu' ç'astot pou l' bin du l' pitite. Is s'ont ravisé quand il ont veû qu'i-gn-avot pus rin à fer. Dju l'ans veû aler in djûdi dul vèsprêye, lu 13 du mârs'; tunèz, come là djûdi passé, djoû pou djoû. Quand on-z-è sté r'quêre lu cwârps, on-z-è trovu trwâs rakeûdadjes. Is l'a-vint k'tayé jusqu'ou dêrin djoû, dandjereûs pou la duscôpècer. Vous ‘nn’ avèz nin oyu counichance ? On ‘nn’ è causé assez pa-vaurci, pourtant, du nosse pôve lêde gamine. »

Su tout l' timps quu pére racontot, ç'astot à m' toûr du duv'nu tout chôse. Dju sondjos quu dj' m'auros co bin yu polu tromper; quu ç' n'astot moutèt nin ci-ddé quu dj'avos ramon.né la coumére du djûdi passé; qu'i-gn-avot bin deûs djon.nètes qui s' russan.nint dins payis èt qu' lès martchands plint vinde du pus d'ène blantche camisole avu in roudje keûr su la gavêye à drète. Mês ç'astot, wê, pus fwârt quu mi : à fwêt qu' l'ome plêdot, dj'astos d' pus à pus chûr quu ç'astot bin la minme djint. Surtout qu' ça m' ruv'not, asteûre, çute afére-là qu'avot arivé à ène coumére du Glêreûse; èt qu'on lî avot fwêt èn-atèremint d' tous lès djâles; èt quu l’ dirècteûr du l' sucole du Libraumont î avot v'nu li-minme pou fé in causadje duvant qu'on n' mète lu wachê dins l’ trô.

Èt djûdi passé, di-st-i pére, dju n'avins qu' cès souvenances-là à l' tchêsse. Nin pou li dire mès priyéres, da. Non.nè ca non.nè! Là dèdjà ène fâmeûse hapêye quu dju n' mèts pus lès pîds ou tchapau d' l'èglije, èt qu' dju n' crwâs pus ni à Dju ni à Djâle. Èlle èst vôye èt pîs c'èst tout. Mês ça nous fwèt du bin — du bin èt du mau — du r'sondjer à lèy. È bin, vous m' crwârez si v’ vôrez, mês la nut' du djûdi ou vinr'di, su l’ côp d' dîj eûres, ma fame s'è ravèyé dins tous sès-ètats. Èle vint d' rêver qu' la gamine rintrot à l' maujon pa l’uch du staule, èt qu'èlle astot atch'falêye su la rampe dès montêyes — come èlle avot la marote du s' mète quand èlle astot p'tite — èt qu'èle houtchot sa mére tout doûcemint, t't-a d'jant : « moman, û ç' quu v's-ôz mètu lès biokes da ma-tante Anriète ? » Èt sa vwas ruv'not come lu rusdondadje: « biokes da ma-tante Anriète… tante Anriète iète… biokes da matante Anriète… »

C'è-st-à ç' moumint-là qu' la fame m'è gougné pour mi s' ravèyer. Dj'astos jusse qui drovot lès-oûy quu dj'ê oyu ène auto qui partot. Dj'ê dâré vitement à l' vite; dj'ê co veû lès fâres qui r'montint après la gâre d' Anlè. Pîs pus rin quu l’ nwâr tchin du vèjin qui hoûlot à l' mwârt dins l’ courti d' l'ome du Fraumont. Il è co bawé deûs côps, pîs i s'è tê. Ène hurète du clotchî qui s'avot rabôré dins la potèle du gurnî è volé vôye èt s'è sté méte à djok su la p'tite tchapèle du l' Crwas Morê. Èlle è co houplé trwâs quate côps, pîs on n'è pus rin oyu. La lune lumot su l’ broûyârd qui s' avot ratasselé su lès prés d' Nauraudoûr. »

La fame moutchot s' nez èt r'choûrbot sès-oûy. Dj'astos co tout sêsi, come yink qui vint du s' fé acsègner in côp d' makète pa-drî la hènète. Dju 'nn' avos la tchaur du pouye. Ç'astot si drole, èt ç'astot si vrê. Mês quand deûs djins qui n' su counichèt nin racontèt lès minmes cayèts su min.me djoû èt à l' min.me place, ça n' put nin-z-èsse quu dès-idêyes.

« Vinèz, si vous 'nn' onz hausse, di-st-i l’ ome. V's-onz ène auto, douwau ? Dj'îrans s' sa tombe à l' çumintire. »