La p’tite coumére avu la blantche camisole/I

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.

Quî ç’ qu’on put rascontrer timps du l’ nut

Qué broûyârd su l’ pont du R’cogne, mès djins, dju n’ vous dis qu’ ça  ! I-gn-èn-è co qui s’îront bin chûr rabrèsser ç’ nut-ci. On n’ wèt mile dju nin dîj mètes duvant li. Èt mi qu’ èst fin hodé d’awèr piqué dès vatches suconte du l’ cocote dins tout l’ payis inte Libraumont èt l' Tchèstê toute la sinte djoûrnêye ! Dju n’ vôros qu’ène tchôse : c’èst d’èsse sutindu pa d’zous mès plumes.

Dj’avos mètu la trwâjime pou passer oûte du Pont du R’cogne, mês il èst d’ quèstion du vitemint r’tchonker la deûjime asteûre, ca du côp qu’on s’rè fû du crwasemint, i-gn-aurè pupont d’ djaunes lumîres pou lumer la vôye.

Dju si mètu avu lès keûdes asployés su l’ volant, èt avu la tchêsse qui brike an-n-avant, come pou mî vèy lu tch’min. La burtèle du siéje èst tinkiêye ; èle mu ratche tout doûcemint pa padrî ; pa dès côps, dju m’ rasploye conte lu dossî èt dju sutinds come in tchin qui s’ ravèye, a vèrdjant la chine pou m’ ruspôser l’ dos. Ma drète mwin èst qui rafache la tchike du l’ djîse dès vitèsses. Dj’ ê la marote du tchandjer d’ vitèsse pou deûs côps rin. Asteûre, dis-dj’, i faurè r’passer la deûjime. Avu la deûjime, l’auto roûle tout bèlotemint, come in vî alotche tchuvau qui n’ sét pus hây, come si ça s’rot pou fé dèrer plêji. On dit toudi bin, mês là co bin qu’on l’è pa dès côps, là, la blantche ligne du mitan du l’ vôye, come ènut, qu’i fwèt si spès qu’on n’ wèt nin d’djà lès-oûrlês. Tènoz ! là la prèmîre vôye d’ Ôtchamps ; èt lès dêrines maujons du R’cogne. Dju vons d’abôrd ariver ou rés’ du l’ Hé Chwâpelète.

Tins ! Qu’èst-ç’ quu c’èst d’ ça pou yauk, hê, ça, qui ramiche là-drî su l’ bwârd du l’ vôye à l’ôrîre du bwès ? Dj’ aclitche mès r’choûrboûs d’ vite pou r’choûrbu l’ broûyârd qu’è cheû su la vite du d’vant. Là, wê ; come ça, on wêrè d’djà in pô mî come on vike. Dju gligne dès-oûy come èn-indyin qui lurtîe après dès signes du fumîre èt dju stinds in cô come in héron qu’apice ène grèvîe. T-i possibe bin chûr ! Tu-n-dîros ène djint qui route dies l’ôrmûre su l’ costé du l’vôye.

C’èst qu’ èle lu trousse, dandjereûs, ca i-gn-è pont d’ fin d’ariver djondant. C’est toudi, djâle, mou drole : à la r’wêter ’nn’ aler pyime pyame, on n’ dîrot nin qu’èle l’ascauje si rèd. On n’ wèt quausu nin sès djambes qui r’mouwèt. Là co bin qu’èlle èst moussêye avu ène blantche camisole, — du cès camisoles-là fwêtes avu dul twâye qrti rusclatit aus fâres, — ca ôtrumint, dj’auros yu t’t-aleûre arivé d’ssus èt s’ la sbeûler duvant d’awèr yu timps d’ la vèy.

Dju vus qu’on m’ côpe la tiêsse qu’èle route pus vite quu l’auto. Pourtant, mile djo, dju fwès bin du vingt. Dju tape vitemint èn-oûy su l’ cadran d’ vitesse : come d’èfèt ; l’awîe ramechîe inte quinze èt vingt. Quu çu vie adjole du compteût-là s’rot co moutèt bin patraque. Dju r’lûve lès-oûy èt qu’èst-ç’ quu dj’ wès ? Nosse pitite djint qu’èst stampêye jusse pa d’vant l’auto. Va comprinde yauk à ça, là, twè ! Là nin ène bârbauje, dju la comptos co à deûs çants mètes. C’è-st-ène pitite djon.ne coumére qui va chûr su sès vingt-ans. Dj’asploye avu l’ drèt pîd su l’ frin. L’auto s’arète tout nèt’.

Dju m’lês flacher dussu l’drèt siéje, dj’apougne la manique du l’vite èt dj’la catoûne pou la vite s’abacher. « Èyû ç’qu’on va insi, toute seûle pa ç’timps-là, ô, mam’jèle  ? Moussèz toudi, alez ! Z-aurez d’djà in pô mèyeû quu d’vant l’uch, parèt. C’est nin qu’i fwèt ène frèdère du tchin, mês ç’ cru.eûr-là, ça v’mousse jusqu’aus-ochês. Ca pô qu’on v’ bèrwète, ça s’rè toudi ça qu’ vous n’ f’rez nin à pîd, don. »

Timps qu’ dju si qui cause, dju dusclitche la sère, èt dj’ droûve ène pitite crauye à l’uch. Tossi vite, la p’tite djint è-st-assîte dulé mi, sins rin dire. Comint ç’ qu’elle è fwêt pou mousser pa ène si p’tite crauye, don ?

« Douwau qu’on-z-èst mî à s’n-auje an-d’dins qu’an-d’fû ? Ratèdèz ; dju m’ vous va voyer du tchaufadje su vôs pîds ; ça v’ rachandirè lès dôyes. Vous d’vèz awèr lès pîds tout frèch, dandjereûs, avu vôs fins solés. Agritchèz toudi vosse burtèle du siéje ; là. Çu n’èst nin qu’ dj’alans broûyer pou-z-è raler, mês on n’ sét jamês si pa dès côps on rasconturrot lès « lêds d’ Lîbin », ça s’rot toudi quinze çants francs du spaurgné ».

Su timps quu dj’ raguète, dj’ans moussé dins la Hé Chwâpelète. On-n-advine du pus qu’on n’ wèt lès deûs rîlêyes du grosses hèsses d’ascate qui sont plantêyes, drètes come dès-î, tout du long du l’ vôye. I faut bin wêter à li, ca après in bê drèt bokèt d’ vôye du bin cinq çants mètes, t’ès in lêd toûrnant su ta gautche. C’èst là quu valèt da Mîmîe du Bwangne s’è sté touwer là dîj quinze ans dud-ça, an-n-alant spèter l’auto suconte d’èn-aube. Moman nous l’ racontot toudi quand dj’astins gamins èt qu’ dj’alins à Libraumont pou-z-acheter dès moussemints d’ dîmatche. Èt s’ du nous moustrer la marque su l’aube, avu la scwâce qui s’è r’noûri à l’ place du sbeûladje.

« Èt jusqu’à dû ç’ qu’on va insi, ô, toute seûle-du-djint avau lès vôyes ? Vous n’onz nin peûr du rascontrer in nwâr leûp, ou mitan d’ cès grands bwès-là ? » Èle nu ruspond nin ; mês èle sourît tout doûcètemint, du l’ cwan.ne dès lèpes. Sès grands bruns tch’fès mitan crolés rafachèt lès spales èt lès massales. I-gn-è jusse su p’tit nez èt s’ fin minton qui brikèt fû pa d’vant. In p’tit musê d’ sèris, dîrot-èle la grosse Dondon Capiche, qui n’èst qu’ la lingue quand èlle è-st-à canlète. Mês dju ’nn’ê d’ kère ; dj’inme co bin çu p’tit janre-là, là, mi.

Dins la montêye du Roûmont, lu broûyârd astot d’djà brâmint mwins’ supès. Su la drète, on-n-è veû, an passant oûte, lès chalètes pou fer zoupler lès tch’faus du l’ cinse du Djèr-bêfwè. Su l’ duzeû du l’ crèsse, djondant lès Fawèles du-d-durî Tîrê, lu broûyârd s’è l’vé d’in plin côp. I f’jot ène clêrté come a plin djoûr avu la lune ou mitan du s’ mwès qui loûjot s’ lès bwès èt s’ lès tchamps. I-gn-avot toudi pont d’ mau d’èsse fû du ç’ niche troûyerîe d’ broûyârd-là, sés’. Quand c’èst qu’ t’ès qui mon.ne là-d’dins, tu n’ès nin l’idêye du tûzer à ôte tchôse. Toute ta tchêsse èst r’quèstêye pou t’nu l’oûy su la blantche ligne du mitan du l’ vôye.

Asteûre quu dj’astins fû du l’ supècheûr, dju ravos m’ tûzadje da min.ne. C’èst seûlernint adon qu’ dj’ê c’mècé à r’louker à cwârnète après la p’tite coumére avu la blantche camisole.

C’èst qu’ dju n’avos nin souvint yu l’ paucolèt avu lès couméres jusqu’adon, là, mi. À sêze, dî-sèt ans, dj’astos bin trop chitoû pou fé autoû d’ zèles. Quand dj’astins rassocenés à l’ tinderîe aus-amourètes avu dès parèy à mi, ç’astot toudi bibi qu’i falot qui fwèche lu gugusse pou-z-amûser lès djon.nètes, èt ç’astot lès soçons qui l’zi mètint l’brès padrî la spale, èt s’ lèzî fé dès tchôdes èt dès lètcherîes. Çu n’èst jamês cé qui cheût biokî qui rascwèt lès biokes. Ça fwèt quu, dudpîs èn-an, dj’avos duv’nu come in bû d’ fagne avu lès pwârteûses du cotes. Dju ‘nn’ avos pus qu’ pou mès vatches èt mès pourcês.

Duvant, la mére astot putot pou m’ poûsser à l’ rastrinte adon qu’ asteûre, èle n’inmot nin du m’ vèy viker inlà, come in nûton. « I faurè d’abôrd z-è raler à mèsse, là, m’ valèt. Yène du piêrdûye, dîj du r’trovûyes ».

C’èst qu’ dju n’astos nin co si malaude quu ça, ca asteûre, dju sintos quu dj’ ratraperos co bin bèguin pou ène djon.nète come la p’tite coumére avu la blantche camisole. I n’ faut qu’ène flamauche pou ralumer l’ feû adon quu l’ bwès èst bê-z-èt sètch. C’est da­madje qu’on n’ l’ôt nin in pô d’ pus, nosse pitite vèjine. Mês, tout compte fwêt, i vaut mî ène basse mèsse qu’ène a.oûlerie ; i vaut mî ène djint sins brut qu’ène ragadleûse qu’ èst rindûye après la canlète come èn-ipî après sa yêbe. I faut in clau pou tchèsser l’ôte…

Du côp, dju rovîe quu dj’ si crèvé hode, èt dju m’ mèts à l’ copine. Quand in nûton rasconture ène nûtone, i-gn-è bin yink dès deûs qu’i faut qui droûve la boutche. Dju lî cause du mès-ètudes du vètèrinêre ; du l’èquipe du fot’bal du Transine qui n’ ramasse jamês qu’ dès ratoûrnêyes, pace quu dju n’ans c’mècé qu’ l’anêye passée ; du l’ sale du l’ djon.nèsse quu dj’ans rarandjé conne i faut èt qu’ c’èst mi qu’è sculté l’uch du d’vant come ène pwate du grègne. Èle fwèt ’nn’ aler la tchêsse pou dire ây èt non.

Tins ! vou-nous-là d’djà bin à Nargaufwè. Asteûre, lu broûyârd s’è drovu tout-oûte. Dj’ataquans la ligne drète qui r’wête lu tchèstê d’ Roûmont. Dju tchonke la quatrime. Ma vèjine n’è nin co toudi drovu la boutche, sôye-t-i pou bauyer. Pôve lêde pitite djint qu’astot fine miêrseûle avau lès vôyes, dins nwâr èt la frèdère ! C’èst qu’ èle n’è nin co l’ êr d’èsse rachandîe, ca èle rassère co sès p’tites mwins atur sès deûs gngnos.

Dj’ ê su dubout du l’ lingue du lî d’m.ander s’ nom ; èt èyû ç’ qu’èle dumeûre ; èt si èle va co a scole ; èt patati èt patata. Mês v’ savèz bin, là, nous-ôtes, lès djins d’ viadje, dju n’astans nin come lès cés d’ vile qui n’ savèt s’ passer dès « prèsantâcions » tchèque côp qu’il rascontrèt in tchin avu in tchapê. Nous-ôtes, dins nost-aladje, dju trovans qu’ c’èst fé du kitchot quu du splitcher ène djint qu’on tume avu lèy quéque paurt pou in p’tit moumint. On cause bin avu ène saquî sins counuche tous lès toûrs èt lès catoûrs du s’ vicadje. Pourtant, joûr du Dju, la p’tite coumére avu la blantche djakète, dju vôros tout l’ min.ne bin sawèr su p’tit nom ; rin qu’avu ça, dju s’ros d’djà a.èssé.

Mirâke, mirâkoû, mirâclète ! ! ! Vou-la-là qui dus’sère lès lèpes ; toute seûle èt sins qu’on lî dîje  ! On put bin fé ène grande crwas su ç’ moumint-là. Tu wès bin qu’on-n-è réson d’ dire quu pou awèr aujî avu lès p’tites djunis qu’on d’lache pou l’ prèmî côp, i n’ lès faut nin k’tchèsser èt èles moussèt toute seûles ou parc.

Èt qué bèle pitite vwas, vous-ôtes ! On-n-dîrot qu’èle vint tout drèt du stwâyi. « Tins !, di-st-èle, il ont achèvé lès-ovradjes autoûr dès-oûrlês du-d-pa d’vant tchèstê. (…) Maria dèyî ! Ma tante Anriète è bin sbuk’né sa grande hâye du nwâres supines. Wê come la d’vanture parèt brâmint mi, bin rassonrêye inlà ».

Dès-ovradjes après la vôye duvant Roûmont ? Bin là d’pus d’ trwâs-ans qu’ c’èst oûte, dandjereûs. Ûdon qu’il aurint r’drovu d’ cès timps-ci ; mês dj’ n’ê nin idêye, ca là d’pus d’ deûs mwès quu dj’ vas travayer pou l’ vètèrinére du Libraumont toutes lès fins d’ sumwin.ne, èt dju n’ê nin souvenance d’awèr veû dès travaus avaur-là. Èt la p’tite basse maujon s’ la drète du l’ vôye avu l’ volé tchaboré à l’  tchaus, i m.’ san.ne quu dj’ê toudi veû ène bèle pitite hâye bin r’tayêye pa pad’vant.

Mês i-gn-è rin avu tout ça. Èlle avot drovu la boutche, ç’astot tout. Mi qu’aurot yu d’né ène bleûe vatche pou-z-ôre sa vwas, dj’astos ustché, asteûre.

Lu tout, ç’astot du n’ nin k’chèrer ène si-fwête ocâsion, èt d’ rusponde in p’tit mot bin toûrné pou-z-aturtunu copinadje. « Tins, z-onz dul parintêye avaur-ci ? » — « Dju l’ vus bin crwâre. C’èst matante Anriète, la prope seûr du nosse mére. Dj’ê co sté aus biokes à leû maujon la s’mwin.ne passée. Dju unn’ ê raspèpié, parèt. Dudpîs don, dju rime djoûr èt nut’ après lès bones djaunes biokes da matante Anriète ».

Dès biokes à ç’ sêson-ci ! Dandjereûs qu’ c’èst dès cés qu’ont sté mètûyes a bocaus. Mês i vaut mi du n’ nin rul’ver lès racros-là, valèt. Tu s’rès brâmint pus avancé du lî d’mander èyû ç’ qu’èle dumeûre, va. Dj’ê la quèstion su dubout du l’ lingue, mês ça n’ vut nin sortu.

 brosse ! ça, c’èst rècta ! Vou-nous-là r’moussés dins in broûyârd à k’tayer à l’ rucèpe. C’èst toudi la rafe djondant lès trouferîes d’ Glêreûse. Èt mi qui v’lot profiter dès keûdes du l’ vôye avau Contranhé pou hatcher in p’tit côp rèd su l’ volant. Dins cès p’tites sutrètes autos-là, tu n’ès nin d’djà ène aspagne inte lu tchaufeû èt s’ vèjin. Dj’ auros fwêt san.nance d’aler ou fossè s’ la gautche, èt dj’auros r’bratché in côp sètch su la drète ; ça aurot fwêt croûler nosse pitite djint paddé mi, èt sa spale aurot v’nu bètcher après la min.ne.

Wèyèz què tûzadje du galapia ! Tu n’ès nin in bon toûr à l’ camisole. Mês non pus, asteûre, t’ès toudi la couye, là, mon parant. T’ès ça û ç’ quu lès gurnouyes ont la cawe, dîrot-i Tintin du Spougné, avu sa crawyûe boutche come in ruslî sins boûssons. Dins ène supècheûr parèye, tu pus toudi bin rastrinde dès gâz. Èt s’ du roûler come in bègnon d’ ere atèlé après in vî mau apatIé carcan. Hê ! wêtans du n’ nin passer oûte du l’ vôye du Glêreûse, là, nous-ôtes.

— Â ! vous d’vèz ’nn’ aler pavaur-là ?

— Tês’ qu’ây, don ; vous n’onz qu’à m’ lêre duchchinde ciddé ; dju f’rê toudi bin rèstant à pîd, ô.

— Têjèz-v’, alèz ! Dju m’ vous-î va r’mon.ner, têjèz ! Quu ça vache come ça vut, pour mi c’èst kine d’è raler pa Glêreûse û pa Lîbin.

— Bin c’èst bin vayant. Dj’è rusponds qu’ mom.an n’ fwèt pont d’ bin quu dju n’ si nin co rarivêye à dès-eûres parèyes

T-i possibe bin chûr ! Çu p’tite bêté-là quu tu n’dîros la sinte vièrje ; sins poûres èt sins pinturluradjes, c’è-st-ène coumére du Glêreûse. Qu’i faut-z-èsse fin fô d’aler quèru bin lon ç’ qu’on-z-è quausu su l’ soû du s’n-uch. C’èst nin pou ça, dju m’ dumande toudi bin, lès djins d’ Glêreûse, pouqwè qu’on lès loume dès scârbotes. Ma p’tite voyadjeûse, c’èst putot ène biêsse à Bon Diu qu’ène sucârbote, avu sa taye du fwâchète èt sa p’tite gavêye bin montêye, qu’èst catchêye pa blantche camisole. Tins  ! dju n’avos nin veû qu’i gn-avot ène gârniture, in. p’tit roudje keûr, dé la bout’nîre drète.

Tins, wê, vus-dj’lî d’mander si dju n’ la pus nin v’nu quére pou ’nn’ aler à l’ dicauce à Atrivau dîmatche qui vint ?

Nu tûze nin don tant, vaIèt  ! Apice lu PaucoIèt timps qu’i trin.ne avaur-là ; raclôs- l’ dins ène pitite gayole ; dène-lî à, mougner èt s’ lu monde come i faut tous lès djoûrs. Tu n’aurès moutèt pus ène si-fwête chance in deûjime côp. Rumoûe-t’  !

Dj’amantche lès mots dins ma tiêsse ; dju lès rakeûs ; dju racèrce la frâse pou qu’ ça n’ sôye nin trop rouf rouf ... Si v’ n’aurîz pont d’aspêtchemint pou dîmatche qui vint ... Mês non pus, quand dj’ vus dîre mu p’tit mèssadje, dju m’ rapinse tchèque côp. I m’ san.ne qu’èle mu va vèy ariver du-d-lon, avu mes gros sabots, èt qu’èle mu va rîre au nez. Dîj côps, lu mot est pou sortu, èt dîj côps, i ragoule dins m’ gosî, come si on-n aurot yu loyé ène èchèrpe à fèr-noke du t’t-autoû du gârgasson.

Vouci dèdjà lès prèmires maujons d’ Glêreûse. Dins l’ timps, quand lès djins s’ tchaufint co à l’ troufe, i parèt qu’on sintot la fumîre du-d-jusqu’à-r-ci. Là ç’ quu c’èst, là, valèt, d’ tchikter dès-eûres duvant d’ fé sa comission: la p’tite cou­mére avu la blantche camisole, è bin, èle dumeûre à l’ toute prèmîre maujon, ène pitite cinse mètûye toute seûle à l’in­trêye du viadje, avu dès grands sapins qui r’catchèt l’ volé. La dicauce d’Atrivau, t’aurès co ça pou tès-ûs d’ Paukes.

« C’èst d’djà ciddé, là, di-st-èle. Purnèz la p’tite rampe ciddé à drète, wê ; wête à vous aus-ôrmûres, là. I vaurot moutèt mî atch’faler, pou n’ nin rîcheler lu d’zous d’ l’auto… Bin vou-nous-î-là, tènoz. À r’vèy, insi ; èt co mèrci brâmint dès côps pou l’ bèrwètadje, da ».

Dju lî vus rusponde qu’i ­gn-è rin avu ça ; èt qu’ c’èst mi qui s’è rafié d’awèr ène pitite vèjine quu c’è sté si plêji d’ lèy…

Mês duvant quu dj’ n’ôye yu l’ timps du l’ver la lingue au hôt, la djint èst spitêye du­vant l’uch, èt tossi vite, èlle èst r’moussêye à leû maujon pa l’uch du staule. Dju n’ l’ê, mile Djo, nin d’djà veû drovu lu p’tit batant. Èlle èst fèle quu l’ djâle, don, çu p’tite djint-là. C’èst tout l’ minme nin mi qui dwâm’ à hikètes, èt du n’ vèy lès cayèts qu’ pa bokèts. Dju l’ê wêté ’nn’ aler come quand on-z-alume èt qu’on choufule lès fwates lumîres dins lès sales du danse, èt qu’on louke lès djins qui r’mouwèt pa hikètes, come s’is cazoupulerint.

Dju m’ cafroye co lès-oûy ; dju si qui rêve, û qwè ? Û pouqwè, tês’, qu’èle n’è nin alumé la lampe à leû maujon, la p’tite coumére avu la blantche camisole avu in p’tit roudje keûr su la gavêye à drète ?

I n’è nin toudi l’êr quu la mére l’è ratèdu, ca i-gn-è nin in brut qui rèche fû du l’ cassine. Nous-ôtes, à nosse maujon, si lès cou­méres s’anutirint inlà, tu ’nn’ ôros yène d’a.oûlerîe quand èles su rapwinterint à dès-eûres parèyes. La mére mon.nerot la vîe, chûr trwâs djoûs au lon.

Ciddé, tu n’ôs ni hûze ni mûze. Jusse lès grands nwârs sapins qui s’ plindèt à l’ grande êr.

Choû yauk ! Non.nè, c’è-st-ène hurète du clotchî qui c’mèce à brêre dins la potèle du gurnî. Ojê d’ mwêje aweûre, dijot-i Nènèsse du Cèkleû. Asteûre i-gn-è l’ tchin qu’apougne à hoûler la mwârt. Çu n’èst nin ç’ qu’ i v’ faut pou dîre vous raguêyi, là, ça. Alêz, hay èvôye ; dj’îrans mousser û ç’ qu’i fwèt tchôd du t’t-autoû.

Quand dju m’ê stindu s’ mès plumes, çu nut’-là, dj’ê mètu l’ timps pou m’adwârmu, maugré qu’ dj’astos fin vané. Dj’ê r’tûzé èt racatûzé à l’ pitite coumére avu la blantche camisole.

I-gn-è toudi pont d’afére ; quu ça vache come ça vut, dju l’îrê toudi quêre pou ’nn’ aler à l’ dicauce à Atrivau dîmatche qui vint.