Ène bauke su lès bwès d’ l’Ârdène/V

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.
I : Dès tchènês ou cûr

Les tchèrieûs

— Ç'astot dès tchèrieûs qu' aturpurnint l'ovradje du mon.ner lès scwâces à gâre à Pwès. Là in mustî qui rapwârtot dès sous ossi, là, valèt. Dins tous lès cas, pou l' cé qui n'avot nin peûr du s'ûser lès mwins; ca s' la tère, on n'è rin pou rin.

Lès tchèrieûs, ç'astot souvint dès djins qu'avint ène nikêye du zwâres pou lès-aîder. Et on mètot lès djon.nes à l'ovradje qu'is n'avint pont d'âdje, sés′. C'èst qu'il alint lon, là, cès djins-là, min.me du ç' timps-là. Lu vî Zande du Cwabjî racontot toudi quu s'n-onke, qui vikot chûrmint padvè 1870, û inlà, - il astint tchèrieûs, don à lel maujon - èt bin is p'lint parti d' Lîdje èt z-ènn' aler jusqu'à Paris, là, m' fi. Et i gn-avot dès côpeûs d' boûsse griblé lès tch'mins, sés′, du ç' timps-là. I falot z-èsse dès fwârts galiârds pou-z­-aturprinde dès voyadjes parèy. Èsse fwârt come in bû èt awèr dès rûses du r'naud pou n' jamaîs z-èsse amayé. Sawèr rucèker ène rûe, rufèrer in tch'vau, rabistoker in coler èt co sawèr djouwer avu l' fusik, s'i gn-avot dandjî.

Rin d' té quu l'tchèriadje aus scwâces du tchènê, pou z-awèr ène pitite mou paujîre ovradje pou s' ruspôser. Surtout qu' çu n'astot jamaîs bin lon pou lès mon.ner vôye, douwê. Èt brâmint pus lèdjîr à tchauspougner quu dès tronces du hèsse, par ègzimpe.

Pou c'mècer i falot mète lès botês du scwâces à vôye. A fwaît qu' lès bokions loyint, lès tchèrieûs tchèrdjint t'tafwaît su ène pitite tchèrète à deûs rûes avu deûs panes èt in caîsson avu dès rizèles. Quand is fjint dès grosses tchèrtêyes, çu n'astot nin trop sgur, sés′, cès-adjoles­là. Pourtant i n'aurot nin yu sté timps du v'nu buker à in sto, ca ç'aurot sté in plan pou bèroûder l' caîsson. Èt l' vî pére l'aurot toudi yu seû, don. Is 'nn' aurint atrapé yène du ratoûrnêye, c'èst mi qui vous l' dit, ca bin qu' ç'astot dèdjà dès grands fwârts djon.nês.

- Ç'astot co dès tchaurs avu dès rûes d' bwès ?

- D'vant la guêre, ây. Ça mon.not in boucan d' tous lès diâles quand is passint s' lès vôyes apièrêyes. I gn-avot qu' fer d' mète dès sounètes après l' coler pou lès djins ôre lès-atèladjes ariver. Les rûes d' caoutchouc n'ont v'nu qu'après la guêre. Çu n'èst qu' adon qu' lès sounètes ont duv'nu obligatwâres.

- Dû ç' qu'is mètint lès scwâces in côp qu'èlles astint à vôye ?

- Is lès r'tchèrdjint su in grand tchaur à quate rûes, deûs grandes rûes padrî èt deûs p'tites rûes pad'vant. Is t'unn' aurint amantché ène tchèrêye, mon-ami, hôte come ène maujon. Èt pis hay èvôye après Pwès, nôs djins, avu l' tchêdje du scwâces! Mètans quu, s' la bèle vôye târmakêye, ç'astot d'djà bramint pus aujî. Lès tch'vaus ènn' alint pyim' pyam' jusqu'à l' vôye du Smoû. Adon is ravint dès mwaîjes vôyes pou duchchinde lès Lodjes. Là co bin qu' ç'astot quausu toute valêye jusqu'à Pwès. I gn-avot jusse ou pont du tch'min d' fiêr qu' èst atur Smoû èt Pwès - in p'tit strèt longu tunèl qu' il î fwèt nwâr come dins in for (pou n' nin dire come dins l' trô du cu d' in nêgue qu' è mougné du nwâr boudin) - hi, hi, tu n' m'îrès nin racuser à t' pére, d'awèr dit ça, là - làddlé, dis-dj', lès djon.nes poulins qu'astint atèlés pou l' prèmî côp avint pa dès côps peûr di mousser èt is s'aurint co bin yu awaré. Il astot d' quèstion qu'is soyinche atèlés avu in vî tch'vau aujî à mon.ner èt bin choûtant.

Pis ç' côp-là, après l' pont, t'avos ène dêrine pitite gritchète duvant d'ariver à l' sutâcion.

- Dijèz, ô, non.nonke, quand il avint tchèrdjé lès scwâces su lès vagons, èyû ç' qu'on lès mon.not ?

- Tout doûs, tout doûs, nu nous-awarans nin non pus, là, nous-ôtes ! Pou c'mècer, lès tchèrieûs su d'vint arandjer pou-z-ariver avu deûs û qu' c'èst trwâs tchèrêyes su l' min.me djoûr. Ôtrumint, si la bène du vagon n'aurot nin yu sté rimplîye à houpe, is d'vint payer l' chaumadje du vagon. Adon, quand quu l' vagon astot fin plin, lu trin l' mon.not èdû ç' qu'i gn-avot dès molins à chwâches.

— I gn-è n-avot brâmint avaurci, douwau, d' cès molins-là ?

- Non.nè, hé, lès molins d'avaurci, ç'astot brâmint pou dès mônêyes û dès soyadjes. Mais nu v'là-t-i nin dèdjà nûve eûres? N'ans-dj' nin assez wâyé pou ènut', nous-ôtes ?