Ène bauke su lès bwès d’ l’Ârdène/IV

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.
I : Dès tchènês ou cûr

Lu pèsadje dès scwâces

— In côp qu' lès scwâces astint bin souwêyes, èt qu' i gn-avot in moncê gros assez pou z-è fer quéques tchèrtêyes, on z-outchot comis èt lès tchèrieus. Ça tumot souvint s' la fin du mwès d' julèt′, après lu fnau èt duvant d'ataquer l'a.ous′. On hatchot lès scwâces djus du l' souwin.ne èt on lès-arandjot à botês d'à pô près 25 kilos.

- Et comint ç' qu'on lès pèsot ? Ç'astot à pô près; ça n' vinot nin à in poy, dandjereûs.

- Nèni, hé, valèt. I falot qu' ça sôye jusse. I n'aurot nin yu sté timps d' rastrinde su l' pwèd. Adon on-avot in pesê. Dju 'nn' aî co yink à cadje à bwès. Vinau, dj'îrans pèser ène banse du bwès avu, come ça tu wêrès bin comint qu' ça va.

Tu wès, on-amantche ène piêtche dins l'ènê du pèsê. On-asploye yink dès d'bouts du l' piêtche su sa spale, èt l'ôte dès costés, on l'adjoke su in tas d' bwès û su la spale d'èn-ôte bokion. Tu f'jos coulisser l' pwèd jusqu'à djondant la ligne dès 25 kilos. S'i gn-è manquot in pô, la bâre du pèsê r'tumot du costé du pwèd. Adon, on r'côpot in p'tit bokèt à ène ôte sucwâce pou fer ène bote du 25 kilos jusse. A l' fin, la bâre dumèrot sgure: ç'astot pwèd à in poy près, sés′.

- Et comint ç' qu'on loyot la bote ?

- Avu dès aurts du côrîye.

- Dès qwè ?

— Tu n' sés nin ç' quu c'èst qu' dès aurts du côrîye, douwê ? Èt bin, quand tu flaches djus in toupèt d' côrîyes, l'anêye quu t'abat ène paurt û in quaurtî d' virêye, tu l' côpes ou rès' du tère, don. Èt l'anêye d'après, les côriyes r'djètèt. Èt bin, on purnot dès djètons du deûs trwâs-ans qu'astint bin flètchants èt on fjot dès aurts avu; come t'avos dès faussons du strin pou loyer lès djaubes.

Timps qu' dj'astins qui botlins, lu martchand s' rapwintot souvint avu in lite, èt timps d' mîdi, on buvot ène bone goute du blanc pèkèt. Mètans qu'on l'avot bin gangné. I gn-avot toudi yink û l'ôte qui rimplichot du pus qu'à s' toûr, bin chûr. Èt i gn-avot dès cés qui 'nn' avint ène chârmante padrî l'orèye à nut′, savèz.

Èt pîs ç' côp-là, après djoûrnêye, û quand on z-avot achèvé toutes sès botes, lu martchand payot. Du ç' timps-là, - dju t' cause du-d-jusse duvant guère -, il è d'not 7 francs dès 25 kilos. Dju m' souvins co come d'ènut′ qu'in côp, lu vî Biyèl Vêrlin.ne astot mètu qui buvot café avu lès djon.nes du nost-âdje. Et il astot qui tûzot dudpîs in moumint. Et tûze, èt tûze. «Et bin, di-st-i à l' fin, vous-ôtes qu'è sté à scole, on n-unn′ è 7 francs dès 25 kilos; cubin qu' ça fwaît du kilo, ça?» «Bin, di-st-i Djâque du l' Robète, qu' astot toudi pus malin quu l's-ôtes, don, li, i gn-è qu'à paurti lès 7 francs a 25 bokèts èt prinde tchèque bokèt, èt ça f'rè l' pris du kilo. Et si vous v'lèz z-èsse chûr quu vous n' vous-onz nin trompé, i gn-è qu'à r'compter 25 côps ç' pris-là, èt vous d'vèz r'tumer su vôs 7 francs.»

Bin ây, bin ây, dju n'î auros toudi jamwaîs sondjé; çu qu' c'èst pou ça qu' d'aler à scole, douwê Totor ?»

- I n' lî avot nin co toudi dit cubin qu' ça fjot du kilo.

- Tais′ quu non, mais l'ôte n'î avot d'djà rin veû, acramié qu'il astot dins toute la tèyorîye.

- Èt qu'èst-ç' quu martchand f'jot avu lès scwâces ?

- I lès falot mon.ner à l' gâre à Pwès. Mais ça, ça s'rè pou d'mwin, là, ca i m' san.ne quu la nutîye èst d'djà mou bèl èt bin adaumêye, là, mi.