À l’ofrande quî a dévôcion

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Mwaisse ouveRifondou walon.
Œuvres de M. l’abbé Louis-Joseph Courtois, Lucien Maréchal, Les Cahiers Wallons,  4, 1972
[ 7 ]

Nosse payës n’èst nén co sins fwè
Quand on-ètind t-ossë bén rëtches quë pauves
Tant dès djins jësqu’à d’ssës lès twèts
Rèpètant « Vîve Notrè-Dame dè l’ Basse Auve ! »

Sèptimbe 1897.
75e Anivèrsaîre dè l’ Basse Auve

V’la véngt-cénq-ans qu’ nos rëv’nîne à l’ Basse Auve,
L’ grande pwate au laudje, au laudje à deûs batants.
È r’passant l’ sou, djon.nias, djon.nes èt vîs « chauves »
Nos v’nîne à l’ fièsse d’on passé d’ cénquante-ans.
Ô ! l’eûre bènîye, l’eûre ou ç’ qu’on së r’troveûve :
« Tin ! quî vola ! Todë lë… mins tchènë ! »
Èt, sins pus d’ conte, vîs cosses, on s’ rabrèsseûve,
Au pës bënauje dë s’ veûy dins lès rëv’nës.

Là véngt-cénq-ans, nos vèyîne à l’ vîye tauve
Onk dès-ancyins au mëtan d’ sès-èfants
Onk dès prèmîs qu’arëvîne à l’ Basse Auve
Lë prëmî djoû, ’l avot d’ ça cénquante-ans.
Dès complëmints à lî fé toûrner l’ tièsse,
Ènn’a-t-ë r’çût ! Ël èstot radjon.në :
C’èstot co l’ min.me sous-diyake à l’ grand-mèsse,
L’ curé d’ Saint-Pô lë min.me èstot rëv’në.

On quârt di siéke a passé d’ssës nosse tièsse,
Èt maugré ça, n’èst-ç’ nén l’ cœûr dë-d-todë,
Djon.ne tant qu’ë faut por on së bia djoû d’ fièsse
Qu’à l’ chére maujone nos ramin.ne audjoûrdë.
Djë comprind bén qu’on vôrot co qui dj’ tchante :
Lë vwès èst vîye, l’instrëmint èronë :
Mins sèptante-cénq, c’è-st-aute tchôse que cénquante,
Vîve lë Basse Auve èt sès-èfants rëv’nës !

Nosse cardënal èt sès deûs grands vëcaîres
Tos nos doyéns èt bén d’s-autes grands sègneûrs,
S’è fiant one glwêre, èstîne au séminaîre :
Dès grandès djins, grande fièsse èt grands-oneûrs.
Ça fieûve plaîjë, on clatcheûve plin sès paumes :
Nos profèsseûrs, së l’ côp, nos-ont r’conë
Èt l’ vî Pâquèt, Kayor èt l’ grand Guiliaume
Riyîne, contints dë veûy tant dès rëv’nës.

[ 8 ]Pådje:Œuvres de M. l’abbé Louis-Joseph Courtois, 1972 (in Les Cahiers Wallons, num. 4).djvu/8

Chaque côp qu'ë n-a on-ètèremint,
A paurt lë p'tët monde quë fréquente
Tos lès-ofëces ordënaîremint,
Tos lès-ôtes î vont po l'ofrande.

Chaque côp qu'ë n-a on-ètèremint,
Après come dëvant, n-a saquantes,
Mins jamaîs come au vraî momint
Qu'on stofe en-alant à l'ofrande.

Chaque côp qu'ë n-a on-ètèremint
C'èst nén souvenîr dè l’ mwârt qu'ë l’ ante
Dès djins qu' n'î pinsenët pës seûlemint.
I faut bén s' mostrer à l'ofrande.

Chaque côp qu'ë n-a on-ètèremint,
Lë trëstèsse n'èst wére aparente
C'èst d'dja bia, quéquefîye on toûrmint
S'on-èva sins rîre à l'ofrande.

Chaque côp qu'è n-a on-ètèremint,
On-î r'trove pâr chance one chalande
On d'mande à s' docteûr on traîtemint
On cause dë tot dè timps d' l'ofrande.

Chaque côp qu'è n-a on-ètèremint
Dj'a pëtié dè l’ mène arogante
Dë saquants fwatès tièsses… ô mins
Ça n' bauje l’ nén platène à l'ofrande.

Chaque côp qu'ë n-a on-ètèremint
D'au cabarèt qu'èst l' sâle d'atente
Waîtîz sôrtë on rédjimint
Ë n-a pus nuk après l'ofrande.

Note Wikissourd
sicrît li 27 di nôvimbe 1905