L’ Vint èyét l’ Solia

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Ortografeye do scrijheuRifondou walon.
L’ Vint èyét l’ Solia
1873

L' Vint in bia djoû d’sèt au Solia :
« N' fai né d’ tès-imbarras dins tès colés d’ tchimîjhe,
« Pasquè les djins disenut qu' t'ès bia !
« Dj' voûrè bin qu’ avè mi, tu vègnes sayî lès sîdjes.
« D'vant m' fôce, èyét d’vant m’ soufe, gn-a rin qu'è-st-a l'abri !
« Tout seû dj' fé tout mârtchî su tére,
« Et dj' su co pus fwârt qu' èl tonewére !
« C'èst mi qui fét dalér l' vintilateûr Fabri,
« C'èst mi qui fét chimetér lès grisous dins lès fosses,
« C’èst mi qui fét chîlér, hûlér lès hôt fournias,
« C'èst mi qui, d'su lès-eûwes fét dalér lès batias,
« Èt ôs-éles dès moulins, qui leû fét couri l’ posse.
« S' i-gn-a dès djins qu'ont bin mindjî, bin bû,
« Pa drî, pa d’vant, dj' leû fé co fé du brût ! »
— « Tu n' dis né qu' c'è-st-in brût mwés à vos foute èl pèsse :
« Dit-st-i l’ Solia, né pus qu' lès djins qu' tu fés pèri !
« Ni d'sus leûs tiesses, quand tu fous dès-ardwésses
« Ça n’impéche né què dj’ su pus fwârt què ti !
« Djè n’ dèstrû rin, més dj' fé vikî tout l' monde ;
« Dj' lume et djè r'tchôfe lès djins èt lès bièsses in fiant m’ ronde.
« Vwès’ bin ç’ payisan-là, qui s'è va avè s’ via ?
« Vous’ wadjî, què d'vint ti, dj' lî frè satchî s’ mantia ?
« Topons ça, dit-st-i l’ vint in boûrsouflant s' machèle!
T't-ossi rade i comince ! tous sès sîdjes, i choufèle!
V'là m'n-ome qui cwèt qu’on vout llî aratchî l’ pia du dos,
I satche fèrme su s’ mantia, su s' casquète et s’ sôrot !
L’ vint n’ sè cwèt né batu ! I s’ radaye, i r'doubèle !
Més l’ payisan tint bon !
S’ mantia n' tint pus qu' pa in bouton !
Més peû dè l’ piède, i l’ loye avè n' ficèle,
Et l' vint qui l’ vwèt dèsboutonér,
R’choufèle rade come in dèstchin.né !
Més l' payisan prind s’ baston èt i trote,
Tins qu' dins s’ mantia, tchôdemint, i s’ racrapote.
— « À m' toûr dit-st-i l’ solia, vo fôce passe à costé!
Èt v’la qu’ô payisan, i lî pète è s’ nanète !
I droûve rade ès’ mantia, èt i satche ès’ casquète.
I suwèt dès goutes come dès pwès !
I poufèt qu'i d-èstèt tout pâle,
Et l’ Solia r'doubèle co d’ ardeûr,
Ô pwint qu'i fièt n’ tchâleûr,
À fé suwér lès pîds du diâle !
À l' fin, no payisan, cût, fondu pô Solia,
S'arète, dèsfét l’ ficèle, èt i fout là s' mantia.
« Et bin, dit-st-i ô Vint, quî ç’ qu'a gangnî asteûre ?
« Vo stèz in pèteû d’ pwès ! dalèz chouflér ayeûrs !

MORÂLE :

Pa l’ fôce èyét l’ colére, Châles, on n' fét rin, intins’,
On rèyussit bin mieûs pa l’ doûceûr èt l’ paçyince.