Pasquêye so l’élècsion di Monseû d’Audace

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Mwaisse sicrijhaedjeRifondou walon.
Pasquêye so l’élècsion di Monseû d’Audace,
gènèrâl di l'ôrde dèl Sainte-Creûs,
li 25 di djun 1720
1720
René Dubois, Jean Haust - Pasquêye so l’élècsion di Monseû d’Audace, 1906 (in BDGLW, t. 4, p. 109-113).djvu

Saint Tomas a awou raison
Dè dîre, divins ine quèstiyon,
Qui l'orgowe èst-on grand pètchî
Et qui l' monde ènn' est tot mâssî.
Lès djins d' guère, lès omes di pratique,
Lès cis d' mèstî et lès botiques,
Lès véyes, lès bôrgs et lès viyèdjes
Ennè r'sintèt sovint l'orèdje.
Dji pou bin même dire qu'è r'lidjon
On n'èst nin ègzimpt d'ambicion,
Nè d'èvèye, nè dès autes caprices
Oui fèt d'vins 1' monde lès pus grands vices
Et coula met' lès dissincions,
Qui sont lès mâleûrs dès mohons.
Onk vout èsse maîsse, l'aute vout k'mander
Ainsi, qué moyin d' s'acwèrder ?
Lès prôpes Creûhîs, qui sont si bons,
Ènn' ont awou 'n-échantilyon.
Po èlîre on noù gènèrâl,
0ns a vèyou qui tos lès diâles
Ont fait leû possibe po troûbler
Lès desseins dèl comunâté.
Lès ètrandjîrs, a l'élècsion,
Volint k'mincî pal dissincion.
I l'zî d'hint : « Tos vos djônes crapauds,
I fât qu' nos v's apirdanhe on pô !
Vos v' vantez et d'hez on pô trop.
Nos v' f'rans vèy qui v's èstez dès sots :
Vos d'hez qu'i v' fât onk dèl mohon,
Èt si v' mètrans-ne qui nos vôrons,
Ca nos v' bout'rans onk di nos-autes
Qui v' kimand'rè onk après l'aute.
Mins di tot nos fât-i pârler :
Come nos n'avans l' djoû limité,
Nos l' mètrans qué djoû nos plaîrè,
Et s' rabah'rans-ne tos vos caquets
E v' dinant 1' maîsse foû d' vosse mohon,
Qui v' sârè bin r'mète al raison ! »
Ces pauves omes la, qui pinsint bin,
A fé dès s'-faits firs complimints,
Qu'i lès rindrint tos' interdits !
Mins 1' boursi, qu'a bècôp d'esprit,
Fout d'abord trover ses confrés
Po l'zî dire lès contes d'étrangers.
I fout bin djoyeûs qui l' covint
Èsteût animé âs Flaminds
Et qu' tèrint bon come on tchèstê
Âs avanéyes di ces houl'pês,
Qu'il avint dèdja mètou l' djoû
Et qui pèrsone ni sâreût foû,
Qu'il îrint a timps limité
È chapite po s'î rassonler
Après leù messe di Saint-Esprit,
Et, mâgré l's autes et leû dispit,
Qu'i procéd'rint a l'élècsion,
Qu'i 'nn' alahint, s'i trovint bon.
Ons oblidja ces firabras'
De dissimuler leûs grimaces.
I s' rimètint vite a leû d'vwêr
Et s' vèyint ciète qu'il avint twêrt
D'awou parlé pa tant d' fîrté,
Pusqu'on n' lès aveût nin hoûté.
Li prumî d' zèls fa on sièrmon
Po fé k'nohe par la ses raisons :
Qui s'on l' voléve turtos hoûter,
Qu'i dèrint « pro digniore ».
De prumî côp on trova l' some,
Pô rimpléye, mins dès vrais Preûdomes,
Djins pleins d' corèdje, come dès Samsons ;
Come li Baleine, inte lès pèhons;
N'a cûre dès Pire èt dès caywês,
Ces omes ènn'ont bin ot'tant faît.
I s' moquint dès côps qu'on djètéve;
Conte zèls rin i n' rèussihéve;
I r'vièrsint tos lès autes partis
Et s'è rassonlint lès dèbris.
Po lès aidî; dj'ôhe volou d'ner
Mi boûsse; mes aidants et broûlés,
Mes lârds, mi boûre et mes froumadjes,
Mes pourcès, m' trôye et totes mes vatches,
Mins; dê, dji n'èsteû nin tot seû :
Tot l' monde voléve ofri dès veûs
A Dièw po bouter lès autes djus ;
Don on craindéve, i n' si pout pus
Qu'on lès mètahe on namurwès,
In-alemand, tîhon ou lidjwès ;
Mins, si tot-a-fait dji v' contéve,
Fi-s-èn awéye come il aléve,
Vos troûv'rîz qu' 'l ont awou dè nez
In s' difindant di tot costé.
Ca 'l avint l' cour si martiâl
Qu' 'l ôhint batou ine troupe di diâles.
I r'sonlint bin Djérôme sins brès'
Qui catchîve tot pa tant d'adresse,
Come Djâcob lès dîvinités
Qui s' bê-pére voléve adôrer.
Dji pou dire qu'il èstint trop fins
Po èsse atrapés dès Flaminds.
I l'ont portant d'dja stu ine féye,
Mins i d'hèt qui mây di leû véye,
I n' poûss'ront leûs conquêtes si lon
Sins qu'on lès mète on cabasson,
Come ci côp cial, qui lès r'tinrè
Leûs gâssèmints et leûs caquets.
Portant qwate côps ont stu k'mèlés
Inte lès pârtéyes di treûs costés ;
Mins, l' cinquême côp, tos ces « wicwack »
Ont stu tapés al capot'-mak,
Èt s' ont awou dès nez pus longs
Qui dè martchî è nosse mohon.
D'autes ont dit qu' 'l èstint si Camous
Qui Per-Pol ènn'aveût pawou,
Vèyant toumer l' grâce èficace
So Monseû l' général d'Audace.
Èt l' priyeû d' Lîdje a, la, trové
Qu' l'intérieûre lî a résisté.
Ainsi c'ést-on métchant hikèt
Qui lès djins d'al valêye sofrèt :
Onk est si bas qu'ons a pawou
Qu'i n' fârè qu'il é clôye si cou ;
Lès autes è passèt leû chagrin
A beûre saqwant' botéyes di vin ;
Mins çou qui l'zy-a pus sèré l' coûr,
C'est qu' lès clokes di Hu toûr a toûr
Ont soné et tribolé tant
Qu'ile fint mori ces pauves Alemands.
Lès bons bordjeûs, avou leûs ârmes
Èlzî fint dès novèl's alârmes.
Lès fouwâs avou lès fuzêyes,
Lès hakes, lès tchambes et lès blamèyes,
Lès mèstrès, basses et l' carilyon
Lès fint tourner è pâmwèson.
Èt pol fin di tos leûs mâleûrs,
C'èst qui l' peûpe si faît in-oneûr
A vèyî ç' bê èt doûs prélat,
Criyéve di tote si pouhe : « Vivat !
C'èst ci-cial qu' est l' père dès ovrîs
Et qu' sèrè l'oneûr dès Creûhîs ! »
Mi, dj'ala dés' li lèd'dimain
Po lî fé on p'tit complimint;
Mins, corne il èsteût èblavé
Dès mèssieûs qu' l'alint salouwer,
Dji lî d'ha seûlmint â pus vite
Qu' dj'èsteû binâhe qu'a ses mérites
Ons aveût rindou l'équité,
Come li payis l'aveût d'siré.
S'i faléve qui dj' sicriyahe tot
Di ciste istwêre d'on mot a mot,
I m' fâreût on pus grand placârd
Qui l' Sâte, Côreû èt l' fôrt Picard.


Notes Wikisourd

Kékes passaedjes del mwaisse modêye

  • ver 1: at awou.
  • ver 30: Et sif metrane ki no voron.
  • ver 32: kimandret onk.
  • ver 36: Et srabahraen tôt vos kaket Ef dinant…
  • ver 48: Az avances di ces houlpais