Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/99

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 99 —

EMILE

Ainsi mame, mâgré bon gré, vos t’nez d’avu vosse vîr. Vos n’ volez nin ètinde raison.

DADITTE

C’est vos qui n’vout nin ètinde raison.

EMILE

Mame, vos d’hez qu’ vos m’ vèyez voltîs et vos m’fez bin soffri.

DADITTE

Ji voux vosse bonheûr et jè l’ voux mâgré vos. Qwand ine èfant n’ veut gotte, c’est âx parints à lî droviè les ouyes.

EMILE

Bin qui volez-v’s parè, qui volez-v’s ?

DADITTE

Qui vos roûvize cisse-chal et qu’ vos v’s rissayîze adlé l’aute. Çoulà toun’rè bin vos veurez. (Gârnir inteûre, on l’ètind chanter) Vochal vosse bai-pére, louquîz, admirez-l’.

(elle sorte à dreute)
SCÊNE V
EMILE — GARNIR
GARNIR

Toujours la même pour canger Daditte. — Est-ce mi què l’ chesse êvôie ?

EMILE

Mi mame est d’mâle houmeûr.