Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/100

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 100 —

GARNIR

Comme todis.

EMILE

Et Mèlie, qué novelle ?

GARNIR

Mèlie ? Elle esteut toratte mâle sor mi…

EMILE

Poqwoê… 

GARNIR

Oh, po rin, des biestreîies. Pasqui ji féve tourmetter vosse mame hîr tot riv’nant d’mons Ruth. Mins c’ n’est rin savez. Ji lî a dit qu’elle si racosasse… c’est s’mestî leie.

EMILE

Vos, vos n’ vis sârîz cangî, vos mourrez tot riant.

GARNIR

Bin n’ vât-i nin mîx ainsi. — Et vosse papa, wisse esse-t-i ?

EMILE

Il est chal. (houquant) Papa ?

GARNIR

Lêyîz-l’ doêrmi savez, si quéquefeie i féve si prongîre.

EMILE (louquant ès l’couhenne)

Ji n’ pinse nin… Vos l’ chal. 

SCÊNE VI
LES MÊMES — PORAI
GARNIR

Heie quî vola-co, camarâde Lambert. Qué novelle dispôîe hîr ?