Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/98

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 98 —

EMILE

Oh ji l’ainme, ji n’vis è l’ cache nin.

DADITTE (avou pitié)

Vos l’ainmez ! Mam’zelle Gârnir ! Et vos n’estez-nin honteux dè l’ dire !

EMILE

Mame, vos l’ haïez à toért, crèyez-m’ bin, si vos l’ kinohîz mîx, vos l’ainm’rîz sûr ossi…

DADITTE
(elle riva à l’tâve puis à l’ârmâ)

Awè, todis sûr !

EMILE

Elle est si bonne, si douce, elle a on si bon caractére. Enfin ji creus qu’avou leie ji sèrè-st-hureux !

DADITTE

Esse-t-i possibe !

EMILE

Si minme ji vâ n’ gotte mîx qu’leie, à vosse sonlant ; si ji sos-st-on mêïeux pârti, comme on dit, leie è l’ sârè bin sinti ossu et elle m’ainm’rè çoulà pus. Adon qui ; si ji spôséve eune qui vâreut pus qu’ mi, j’âreus sogue qu’elle ni mè l’ rapêlahe tot côp bon et ji v’s è l’ jeûre, mame, jè nn’è souffrireus tot plein.

DADITTE

Pinsez-v’ mutwoè qu’eune qui vât mons qu’ vos vis va mette divins dè l’ wate ! C’est bin zels qui s’ètindet à fer assoti ine homme. Fez tot çou qu’ vos volez elles ni sont mâie continne et qwoè qu’on fasse, i fâreut co fer pusse, il avisse qui c’est ine saqwoè qu’on l’s y deut ! Les p’titès gins, ine gotte rilèvés, vos n’ savez çou qu’ c’est. C’est appreume zels des infernâles !