Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/97

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 97 —

EMILE

Nénni mame. L’amour qui n’ vint nin avant l’ mariège ni vint mâie. Emon les gins mariés, l’amour sorte sovint mins i n’inteûre mâie. Et louquîz comme ji sèreus mâlhureux ! Qwand on s’a marié par amour, divins tos les manèges, eximpe chal, on s’ dispute déjà bin sovint. — Qwoè sèreut-ce don mon Diu, divins on manège wisse qu’on n’ s’a mâie ainmé ! Ka adon on n’si sét passer rin oncke po l’aute. Po des chîchêyes les r’proches applovet et c’est la guerre les treus qwârts dè l’veie. — Et c’est c’ sôrt-là, mame, qui vos volez po vosse fi.

DADITTE

Les gins comme i fât ni s’ disputet nin, Mam’zelle Forgeûr a stu trop bin aklèvèye et ci n’est nin vos, pinse-ju…

EMILE

Les gins comme i fât ni s’ disputet nin c’est bon, mins is s’ brognet ine an â long. Est-ce pus bai ! — Adompuis vèyez-v’s, ci sèreut conte coûr qui ji spôs’reus ine feumme po ses censes !

DADITTE

Bin si elle vis veut voltîs portant ?

EMILE

Elle mi l’a bin prové hîr !

DADITTE
(elle rimette li pan et l’bourre ès l’ârmâ)

Oh ! c’est pasqui vos y avez mettou dê l’ mâle volté. Vos avîz mam’zelle Gârnir ês l’ tiesse tot lî pârlant.