Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/92

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 92 —

PORAI

Vos avez l’air bin nâhi, m’fi.

EMILE
(i disfait s’pal’tot et l’mette â porte-manteau)

Nâhi, nenni, annoïeux, awè.

PORAI

I fât prinde corège ; çoulà rottrè mutwoè mîx qu’ vos n’pinsez.

EMILE

Mi mame ni r’vinrè mâie so çou qu’elle a dit, jè l’ kinohe, elle est bin trop grandiveuse.

PORAI

C’est vraie, mins vos sârîz bin pau dire ; vosse mame vis veut voltîs…

EMILE (s’assiant)

Bin c’est por mi èdon qu’ ji m’ mareie, ci n’èst nin po m’mame… Si ji sos mâ toumé, ci sèrè por mi, et ji n’ pous mâ di mâie mi v’ni plainde. Adon c’est sovint l’ vûd bache qui fait grognî l’pourçai, et comme ji gangne bin m’veie… et âddizeûr di çoulà papa, nos nos vèyans si voltîs, Mèlie et mi, si vos savîz qwand nos estans nos deux tot seu…

PORAI (qui veut v’ni Daditte)

Taisse-tu, vochal ti mame.

(Daditte inteûre, Porai par geste invite Emile à aller dire bonjou à s’ mame assiowe à l’ tâve à dreute)