Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/9

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 8 —

DADITTE

Assuré qui l’feumme ni va nin racconter ses pônnes et ses miséres à tot l’monde èdon !

GARNIR

Tonton m’kinohe bin, elle barbotte qwand elle est d’mâle houmeûr — çoulà arrive à tot l’monde et à vos pus sovint qu’à tote aute — (so on côp d’ouye d’à Daditte) Oh ! j’a dè l’frankisté ; ji n’vis l’èvôie nin dire, c’est po çoulà qu’nos nos vèyans si voltîs nos deux… èdon Daditte !

DADITTE

Ji n’fais pus attintion à tos vos boignes messèges, lèyîz-m’ pâhule.

GARNIR

Vos n’fez pus attintion et v’s m’avez toratte hinné on côp d’ouye à m’trawer houte et houte si c’esteut ine èpeie !

DADITTE

Vos songîz allez, vos songîz ; ji n’prinds nin les pônnes di v’hinner des côps d’ouye !

GARNIR

Ji l’a portant bin vèïou, mins jan, po n’nin v’s contrarier, mettans qui j’n’a rin dit. (i prind l’plate boteie so l’banc) Savez-v’s bin qwoi, po fer l’pâie nos deux : tènèz volà li p’tite plate, alléze nos kwoiri po dix censes, nos beurans bin l’gotte avou Lambert.

DADITTE

Ji n’va nin kwoiri dè pèket, mes fiérs sont so l’feu, i m’fât fini m’bouwêye.