Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/8

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 7 —

DADITTE

Estez-v’s mâva là qu’ji v’s direus vos vraies !

GARNIR (allant vês Daditte)

Mâva ! nenni savez. Ji n’prinds jamâie les pônnes di m’mâv’ler avou les feummes. On z-âreut bel à fer !

DADITTE

Oho !

GARNIR

Awè ! ji n’mi vout nin fer mori d’vant m’timps à m’chagriner et m’fer de mâva songue po vos autes dai mi. Qwand m’feumme barbotte, jè l’lais dire et çoulà tomme co baicôp pus vite. (allant vês Porai) Pasqui, ti m’pous bin creûre sése Lambert, les feummes hein valet, qwand c’est qu’on est biesse assez di les accompter parè, bin elles si crèyet à l’vol des reînes et elles vôrît bouter tot l’monde ji sés bin wisse…

DADITTE

Enn’avez-v’s co po dè timps à jâser ainsi ?

GARNIR

Tins don ! Ci n’est nin por vos qui j’jâse savez quéque feie !

DADITTE

Vosse pauve feumme enn’è deut bin vèï allez avou ine apôte comme vos !

GARNIR

Tonton ! qu’esse-t-elle aoureuse avou mi ! Dimandez lî n’gotte.