Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/10

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 9 —

GARNIR

Tènèz, ji sos bin bon èdon, ji m’va rescouler vos fiérs. Et ji m’va mette ci-chal châffer, is sèrant turtos chaud qwand vos rinturrez.

DADITTE

Bogîz-v’s jan, bogîz-v’s. Lambert ni beut nin l’gotte so l’ovrège.

PORAI

Sia, houïe, ji beureus bin n’pitite si j’l’aveus. J’a l’gozî tot sèche.

GARNIR

Aha ! vos vèyez bin èdon ! Tenez volà l’boteie et volà les dix censes. Allez m’feie, allez ! Dimandez dê bon et et qu’on v’s mette bin vosse compte savez ! (i rikdût Daditte jisqu’à so l’soû) Dihez qu’c’est po on malâde… Dimandez des belles trinches !

(Dè timps di ces dièrainès paroles, Daditte a bogî s’vîx vantrin et mettou on prôpe qu’esteut pindou_à on clâ à dreute.)


SCÊNE II
PORAI — GARNIR
GARNIR (riant)

J’a si bon dè l’fer assotti dai ! Et qwand elle si mâvelle j’a co mèïeux. Elle s’èmonte, elle s’èmonte comme ine sope â lèçai…

PORAI

Tè l’fais todis tourmetter.