Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/88

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 88 —

DADITTE

Bin taihîz-v’ don ; ine affront. C’est lu qu’a dit çoulà ? C’est ine excusse da sonque. Les Forgeûr sont des gins bin trop comme i fât, i n’a nou risse. Adompuis aprês çou qui l’mére m’aveut dit et l’pére lu-minme, — Vos l’savez bin, â réze, ji v’s l’a raconté. — Vos polez bin pinser qu’ine affaire pareie n’est nin possibe.

PORAI

Awê… awê… vos l’dihez vos Daditte, mins mi, ji n’a nin oïou madame Forgeûr ni mossieu, et ji sés bin qui vos prindez sovint po n’saqwoê d’advinou, çou qu’vos vôrîz bin qu’estahe !

DADITTE

C’est ça, d’hez tot d’on côp qui j’sos n’ sotte !

PORAI (i rajustêye si pipe)

Ji n’dis nin çoulà… vos v’s mâv’lez todis, on n’vis wesse rin dire… mins, ci n’sêreut nin l’prumire feie qui vos prindrîz po d’ l’ôr, dê keûve bin huré !

DADITTE (ê colére)

Taihîz-v’s don Porai, vos estez trop biesse, tênez !

PORAI (saluant)

Toujours les riches. Awê c’est bon, nos savans bin çoulà.

DADITTE (si radoucihant)

Avez-v’s roûvî kimint qu’madame Forgeûr m’a v’nou d’bâchî d’leie-minme po qu’ j’allasse êmon Ruth avou vos et m’fi ! — Çoulà vout tot dire êdon surmint.