Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/89

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 89 —

PORAI (hossant les spalles)

Ji n’ sés nin… mins ji sés bin qui mossieu Forgeûr tinéve baicôp à çou qu’ j’allasse â concert po poleûr nos lêyî s’ feumme et s’ feie so les reins, so l’ timps qu’i jouéve si concours di Match êmon Sadet !

DADITTE

Oh ! nos savans bin qui vos avez n’ manire dê comprinde les affaires, vos…

PORAI (il alloume si pipe)

Ji n’ mi mette nin voltîs des sottès ideies ès l’tiesse dai mi Daditte…

DADITTE

Des sottès ideies ! Vos allez toratte dire qui noste Emile ni vât nin bin l’feie Forgeûr !

PORAI

Nosse fi a n’ bonne plêce, i gangue bin s’ veie, tot çoulà c’est vraie, mins l’ feie Forgeûr est riche, et asteûr, quî qu’a dè l’ forteune rikwire sovint quî qu’a des censes.

DADITTE

Li plèce da Emile ni vât-elle nin des censes !

PORAI (i rid’hind à l’tâve)

Sia, mins i n’a co aut’choè (i va s’assîr à l’tâve) et tènez ji v’s va mostrer qu’ vos n’avez nin si raison qu’ vos l’ pinsez (geste da Daditte) — Ni v’s rècriez nin, lèyîz-m’ vis dire. Mettans qui po les censes, comme vos l’ dihez, Emile vâie bin l’ feie Forgeûr, c’est bon ; mins les parints ?