Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/85

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 85 —

DADITTE

C’est sûr qui v’s estez-st-on mâva pére ! On pére comme i fât espêche ses êfants di s’mette mâ, qwand  i veut qu’is n’vont nin l’bonne vôie. Et vos, vos n’dihez rin, vos m’lèyîz dire tote seûle, vos avez quâsî l’air dè t’ni avou lu… (geste da Porai) i n’fât nin l’noï, ji l’a co bin vêïou hir à l’nute qwand n’s avans rintré et hoûie â matin tot d’junant ! Di pusse, Emile tot nn’allant â bureau, vis a houquî ès l’aute plèce, vos avez jâsé tot bas, tos les deux, on n’âreut dit deux cix qui complotît  on mâva cop.

(Porai stope ine pipe tot douc’mint)
PORAI

Vochal co aut’choè… bin… bin… bin… Vos estez n’drolle savez vos Daditte !

DADITTE

Awè nos savans bin. Wès’rîz-v’s bin dire di qwoè qu’vos jâsîz tos les deux ès l’aute pèce adon… Allons, respondez sins bâbî !

PORAI
(i va esprinde si pipe â fornai)

Di qwoè qu’nos jâsîs, di qwoè qu’nos jâsîs… bin va, ji l’a quâsî rouvî… c’esteut ine biestreie enfin, rin d’conséquent qu’estî sûr !

DADITTE

Poqwoè Emile vis a-t-i houquî foû dê l’couhenne adon ? Vos vèyez bin èdon, qu’vos fiz essonle des calmoussèche et des côps fôrés !