Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/86

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 86 —

PORAI (les reins â feu)

Des calmoussèche… des côps fôrés ! Bin volà n’bonne… A qwoè tûsez-v’ don Daditte po dire des affaires pareie !

DADITTE

Bin sûr qui vos nn’estez â courant dispôie longtimps allez vos di ces fameusès hantreies ! Quélle affaire d’annoïeux, don mon Diu, quélle affaire d’annoïeux ! (geste da Porai) Ainsi vos donrîz vosse consint’mint vos, à c’mariège-là ! Vos l’donrîz ?

PORAI

Jê l’donreus… jê l’donreus… ji n’a nin co dit çoulà… mins pus vite qui dê vèï mi-êfant mâlheureux…

DADITTE

Awê… c’est ça… capitulez dêjà… c’est l’affaire… vos sêrez tos les deux disconte di mi.

PORAI

Ji n’dis nin çoulà.

DADITTE

Bin mi parê, ji voux l’bonheûr di m’fi et jê l’frê, mâgré lu s’i fât, êtindez-v’s ?

PORAI

J’êtinds… Et… et… qui frez-v’s ? 

DADITTE

Çou qu’ji frê ? Ji lî drouvrê les oûyes pusqu’il est aveûle.