Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/76

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 76 —

EMILE

Kimint ! esse-t-i riv’nou d’vins les prix ?

MÈLIE

Vos l’savez bin èdon (geste da Emile) Oho, awè dai, c’est vraie, vos n’ê savez rin.

(Porai les louque onque et l’aute)
EMILE

Oh ! et bin c’est d’ine bonne aweûr po les longuès tapes.

(Daditte rinteure)
MÈLIE (riant)

Awè ; jisqu’à pus târd. A r’veie mossieu Porai, madame…

PORAI (bin reut)

A r’veie mi feie ; fez des complumints ès vosse mohonne !

(Mèlie sorte po l’fond)


SCÊNE XIX
DADITTE — PORAI — EMILE
DADITTE

Quélle pitite clapette !

(Emile si tint so l’costé êrri des autes)
PORAI

Elle est bin binamêye… Elle esteut si gênêye pauve pitite, qui j’a fait èn exprès dè jâser d’colon…

DADITTE

Elle a tot l’même l’air d’avu pus d’honneur qui s’mame.

PORAI

Elle est jône êdon, li jônesse est todis pus fire et pus vite gênêye… Et qué novelle, li dîner esse-t-i cût ?