Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/75

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 75 —

MÈLIE

Mossieu Porai, madame… (à Daditte) Ji sos si gênêye èdon, vos nè l’sârîz mâie creûre…

DADITTE

Poqwoi don ?

MÈLIE

Mi mame, qui n’a vormint pus nolle tiesse, est v’nowe toratte vis èpronter on châle, et-z-enn’a-t-elle on tot noû qui m’papa lî a d’nné po s’fiesse ! J’a stu si gênêye qwand elle m’a-st-appris qu’elle aveut v’nou chal… ji m’dimande çou qui m’mame frè qwand ’ll’ sèrè pus veie si elle est déjà si rouvisse asteur… Vorchal vosse châle, madame, excusez-m’ èdon, et merci qwand même savez…

PORAI (bonasse)

Oh ! ci n’est rin d’çoulà… c’n’est rin d’çoulà…

DADITTE (à Mèlie)

Vos n’avîz nin mèsâhe di v’s presser si foirt po l’rappoirter, ji l’aveus dit à vosse mame : ji nè l’mette todis pus…

(Daditte sorte à gauche avou l’châle)
PORAI

A r’veie, mi feie, â r’veie… vosse papa esse-t-i rintré ?

MÈLIE

Awè, mins il est co r’sorti.

PORAI

Il est contint èdon ?

MÈLIE

Vos pinsez bin, il est tot sot di s’colon.