Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/74

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 74 —

EMILE

Awè mame, volà qu’ji rinteûre.

PORAI

Et c’est l’faim què l’rachesse savez, dishombrez-v’s !

DADITTE

Oh ! les crompîres sèront vite cûtes et l’bouïon est prette dispôie hîr… Qui louquîz-v’s là, so l’gazette don m’fi ?

EMILE

Mi ? Oho, l’heûre dè concert.

DADITTE

Nos y allans essonle êdon ?

EMILE

Ji voux bin mi mame. Vinrez-v’s avou papa ?

PORAI

Poqwoi nin ; awè.

DADITTE

Çou qui m’annôie, èdon mi, c’est qu’ les Gârnir y sèrant. Toratte êdon m’fi, Tonton m’a v’nou èpronter m’châle po poleûr y aller… li sonk n’est pus à mette, disse-t-elle. (mèprisante) Quéllès p’titès gins qu’ c’est çoulà ! S’i m’falléve mâie fer ine affaire pareie, ji n’sés çou qu’ji freus.


SCÊNE XVIII
DADITTE — PORAI — EMILE — MÈLIE
DADITTE
MÈLIE (intrant po l’fond)

Pout-on bin intrer ?

PORAI

Awè m’ feie, intrez, intrez, i n’a nolle gêne.