Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/72

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 72 —

DADITTE

Çou qui j’sés, c’est qu’Emile est pus suti qu’çoulà… Vos allez toratte creure çou qu’ Tonton raconte, vos ossi ; ni vêyez-v’s nin bin, ênnocint, qu’elle dit çoulà pac’ qu’elle vôreut bin qu’ c’estahe vraie ! Elle est pus rûsêye qui vos.

PORAI

Oh ! i s’ pôreut bin, ji n’ voux nin dire…

DADITTE
(allant vês l’couhenne)

Si c’n’esteut nin qu’on âreut sogne dê mette ês l’tiesse di noste Emile çou qu’i n’a nin, ji lî raccontreus ; ji wage qu’i reie comme on bossou.

PORAI (à pârt)

Mi ji n’ pinse nin. (à Daditte) Allez-v’s appontî l’dîner ?

DADITTE

Awê êdon, il est grand timps.

(elle sorte à gauche)


SCÊNE XV
PORAI
(si dressant et allant vês l’couhenne)

Savez-v’s bin Daditte qui l’colon d’à Gârnir est riv’nou prumîr ! Il est d’vins ’n’ jôie ! (i rid’hind) Tot l’même, çou qui vint foû d’bon est sovint bon ! On-z-a raison dê l’dire.

(Emile rinteure po l’fond)