Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/70

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 70 —

PORAI
(i parole comme s’il aveut on ch’vex so l’linwe)

Volà n’raison qu’vos n’dihez nin sovint.

DADITTE

Pa c’est qui m’dîner n’est co wère prête.

PORAI

Aha ! Volà parè. Adon c’est mi qui va barbotter !

DADITTE

Barbottez, barbottez. Vos n’ârîz polou fer autemint si vos avîz stu ès m’plêce. J’a-st-avu des visites tot l’timps… Li belle Tonton Gârnir qui m’a v’nou t’ni so cou bin longtimps…

PORAI
(i mette si chapai so l’commôde)

Oho, Tonton a v’nou chal ?

DADITTE

Elle m’a v’nou êpron’ter on châle po-z-aller â concert houïe à l’nute êmon Ruth. (elle reie) I fât qu’ji reie co qwand ji tûse à çou qu’elle m’a dit…

PORAI
(i s’assît à l’tâve, à gauche)

Qui v’s a-t-elle dit ?

DADITTE

Vos y tûs’rîz deux ans qu’vos n’l’advin’rîz nin co… Songîz on pau Lambert qui Tonton s’a stu bouter ês l’tiesse qui noste Emile rikwîre si feie. (Porai tuse) Qu’enn’ê pinsez-v’s ? Ni toumez-v’s nin d’si haut ?

PORAI

Ji tomme, ji tomme…