Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/69

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 69 —

FORGEUR

Mi feumme vis a-t-elle mutwoi dit…

DADITTE

Elle ni m’l’a nin dit, tot foû des dints, mins elle mi l’a d’né à ètinde…

FORGEUR

Aha ! Asteûr â r’veie et merci.

DADITTE

Kimint don merci. C’est à mi surmint…

FORGEUR

 r’veie, â r’veie.

DADITTE
(so l’soû et haut, afise d’esse ètindowe dè voisinège)

 r’veie mossieu Forgeûr, bin des complumints à madame !

FORGEUR (â d’foû)

Merci. Bin agréé di s’pârt.

(i sorte)


SCÊNE XIII
DADITTE

I m’sonle qu’asteûr, i n’a pus nolle dotance à-z-aveûr ; li pére vint di m’jâser assez clér’mint ! I fât qu’Emile seûie foû sot, s’i n’mi hoûte nin. — Qwand ji tûse qui Tonton Gârnîr prétindéve toratte… I n’a vormint des gins qui v’s frîz rire sins nn’aveûr ideie !

(Porai rinteure on pau k’pagn’té)


SCÊNE XIV
DADITTE — PORAI
DADITTE

Tins, estez-v’s dêjà là ?