Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/68

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 68 —

FORGEUR

Pinsez-v’s ?

DADITTE

Ie ! vos n’ les k’nohez dai vos mossieu Forgeûr ! Mins vos n’y pierdez rin savez, i n’a nou risse ! — C’est bon qu’ji n’ tinéve nin à v’s el dire divant leie, mins c’est conv’nou, dai, nos irans à l’nute â concert. Seul’mint vos comprindez, ji n’tins nin dè nn’aller po n’cope avou Pierre Gârnir.

FORGEUR

Tot l’monde est bon po s’prix. On n’est foirci dè hâbiter personne. Ji n’ vis voux nin blâmer. Adon c’est ètindou ! Vos y aller ?

DADITTE

Nos y allans.

FORGEUR (binâhe)

Ji sos contint. Et j’cours prév’ni mes camarâdes pasqui, ji v’s va dire, inte nos deux, si vos n’y avîz nin stu, i m’âreut fallou y aller ; mi feie deut fer houïe ine kinohance â bal et m’feumme ni vôreut nin po gros lèyî d’y aller. Vos comprindez, Hortense est d’age à hanter… C’est l’affaire di s’mame, mi ji n’mi melle wère di çoulà.

DADITTE (d’ine air ètindou)

Awè ji sés bin, dai, ji sés bin.

FORGEUR

C’est on bon pârti savez !

DADITTE

Oh ! vosse feie ossi, vosse feie ossi…