Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/67

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 67 —

DADITTE

Comme vos v’s rappellez d’ tot çoulà don vos.

TONTON

Oh ! j’a dè l’ mémoire dai mi. Et ji d’vinreus même riche qui ji n’rouviereus mâie çou qu’ j’a stu.

(Forgeûr qui comprind qu’ Tonton vout rire di Daditte, louque eune et l’aute

FORGEUR

On n’ wangne rin à esse grandiveux, çoulà c’est vraie.

TONTON

Enn’à portant tot plein savez Mossieu Forgeûr, et des cix qu’ n’ont rin êco, mins qui vôrît paraite et s’mêler dè voleûr mèpriser l’s autes. Çou qui fet rire di zels, ji v’s el dimande èdon. Mins des riches comme vos là, sins façon, jè l’s aime bin, ji n’ cache nin di v’s el dire. — Mins ji cours èvôie dai mi, mi dîner n’ sèrè jamâie prête et ji tins chal Daditte so cou qui n’ pout fer l’sonke nin pus. À r’veie Mossieu Forgeûr… (à Daditte) Jisqu’à l’nute ainsi Daditte, si nos nos vèyans, nos dans’rans on qwârré essonle, nos frans vis-à-vis.

FORGEUR

À r’veie Madame Gârnir.

(Tonton sorte po l’fond)


SCÊNE XII
FORGEUR — DADITTE
DADITTE

Ces p’titès gins-là sont bin èvieux. Avez-v’ êtindou ces côps d’lawe. I fâreut parè po lî fer plaisir qui ji m’mettreus à caqu’ter avou leie avâ les pavêyes et k’jâser les gins."tini so cou" = tini ashiou, sol tcheyire, l' espaitchant di s' ocuper do manaedje