Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/64

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 64 —

FORGEUR

Dimanez, adon, dimanez.

TONTON

Jê nn’alléve, dai, jê nn’alléve.

FORGEUR

Bin dimanez co n’ gotte, sins çoulà ji pins’rê qu’c’est mi qui v’s fait sogne.

TONTON

Oh ! vos n’estez nin co vîx assez po fer sogne.

FORGEUR (à Daditte)

Ji v’s rappoite vosse lîve di mohonne, ji l’a-st-aqwitté.

DADITTE

Et c’est exprês qu’vos estez v’nou !

FORGEUR

Nenni savez ji passéve, ji va prinde on verre divant dê dîner…

DADITTE

C’est çou qu’ji voux dire, rin n’presséve !

FORGEUR

Vollà.

DADITTE

Merci.

FORGEUR

Et dê qué novelle ? Mi feumme ma dit toratte qui vos allîz essonle êmon Ruth houïe à l’nute. Est-ce todis vraie ?

DADITTE

Ji n’sés nin co, ji pinse qu’awê.

TONTON (à Daditte)

Tins ! vos n’polîz mâ d’m’ê rin dire !