Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/65

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 65 —

DADITTE

Oh ! ji sos si pau sûr d’y aller !

FORGEUR (à Daditte)

Kimint ! Et m’feumme qui m’dihéve qui c’esteut ine affaire à pau près conv’nowe !

DADITTE

Awè, c’est vraie, qui ji l’aveus dit… mins i m’fât nn’è pârler à Lambert… et vos comprindez…

FORGEUR

Oh ! Lambert ni pout mâ di v’s rèfuser.

TONTON

Oh ! nenni èdon, i fait tot çou qu’on vout, c’est l’âgne dè bon Diu, ciste homme-là !

FORGEUR (à Daditte)

Dihez-lî qu’i m’freut bin plaisir tot-z-y allant, i n’vis rèfus’rè nin.

DADITTE

Y sèrez-v’ ossu vos, Mossieu Forgeûr ?

FORGEUR

Nenni, ji deus jouwer à on concours à match wisse qui j’a pris saqwantès mises, et c’est po çoulà qu’ji vôreus bin qu’Porai allasse avou vos ; vos r’vinrîz tos essonle avou m’feumme et m’feie.

DADITTE

Ji lî dirè. Oh ! il y vinrè, bin sûr, il y vinrè.

TONTON

Adon, nos nos y veurans turtos !

FORGEUR

Kimint, y allez-v’ ossi !