Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/63

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 63 —

TONTON

Surtout qui nos n’y cangerans rin… C’est comme ji v’s è l’dihéve toratte allez, c’est-st-ine destinêye…

DADITTE

Lèyans-les fer c’est l’mêïeux.

TONTON

Awê Daditte, nos avans fait po nos autes, qu’is fessent por zels. — Ji cours êvôie dai mi. Ni jâsez d’rin à vosse fi savez, ji n’vôreus nin qu’i pinsahe…

DADITTE

Mi ? Vos estez sotte surmint, ji n’ pous mâ.

TONTON

A r’veie, et merci savez po vosse châle.

DADITTE

Ci n’est rin d’ çoulà.

(Qwand Tonton vout sorti M. Forgeur inteûre et Tonton dimeûre co)

SCÊNE XI
DADITTE — TONTON — FORGEUR
FORGEUR

Madame Porai, la compagnie.

DADITTE

Monsieur Forgeûr !

TONTON

Monsieur Forgeûr.

FORGEUR (à Tonton)

Madame Gârnir ! Est-ce mi qui v’s chesse êvôie ! 

TONTON

Nenni savez !