Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/52

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 52 —

cinquante francs, nos n’rinturrans nin divant dè l’s avu bu ! (i louque Daditte) Savez Daditte, vos sârez bin si nos n’rintrans nin, c’est qui m’jône bleu sèrè riv’nou prumîr ! — Elle mi brogne !

PORAI

Jan, vinez-v’s ?

GARNIR

Daditte, mi brognîz-v’s ?

PORAI

Jan don Pierre !

GARNIR

Lambert, ci n’est nin po l’vanter, mins vosse feumme, vosse feumme parè, vos m’creurez si vos volez, et bin : c’est-st-ine ange ! (Porai court êvôie) — Au revoir chère ange !

DADITTE
(à Porai qu’est so l’pas d’gré)

Sèrez-v’s chal po ine heûre ?

GARNIR

I rinturrè qwand il ârè l’main so l’cliche. Vos estez prév’nowe.

(is sortet !)


SCÊNE VII
DADITTE (s’assiant)

J’a fait journêye qwand jè l’s è veus nn’aller essonle. Quél amus’mint, lu qui n’kinohe rin d’vins les colons, dè louquî l’tîesse è l’air tot l’â-matin. — Ji vôreus qu’attrappasse on mâ d’hannette qui lî dur’reut qwinze joûs !

(elle va s’assîr à gauche dê l’tâve)