Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/53

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 53 —

SCÊNE VI
DADITTE — TONTON
TONTON

Pout-on bin intrer ? N’a-t-i nolle gêne ?

DADITTE (si dressant)

Nenni intrez, ji sos chal tote seûle.

TONTON

Ie ! c’est bin atoumé, j’aveus sogne dè rescontrer n’saquî.

DADITTE

Li dimeigne â matin i n’vint mâie personne èdon ; et les hommes sont tofér èvôie.

TONTON

Ji vins dè veie Lambert avou Pierre, is intrît èmon Sadet…

DADITTE

Çoulà v’s va-t-i vos Tonton qui voste homme faisse divins les colons ?

TONTON

Bin qui volez-v’s fer don binamêye, lî espaich’rîz-v’s bin vos ? D’abôrd mi, ji n’m’embarrasse nin baicôp di çou qu’i fait et pourvu qu’i n’mi d’mande nin des censes, c’est tot çou qu’i fât ! Et ma foi, il a co assez d’chance surmint, ka jisqu’asteûr, merci l’bon Diu, i m’lait pâhule ; c’est tot à hippe si ji lî a d’né, po tot ciste osté, ine feie ou deux po-z-ach’ter on kilog d’vesse.

DADITTE

Oh ! bin ji n’aime nin les colons ni les colèbeus savez mi, et j’a si sogne qui voste homme ni mette ces îdeies-là ès l’tiesse d’à Porai èdon, qui c’n’est nin dè dire.