Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/48

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 48 —

EMILE

Ji n’dis nin çoulà.

PORAI

Vos estez-st-on souwé. Vos estez-st-souwé. Vos nos surprindrez turtos on joû.

EMILE

Sayîz dê tourner m’mame et minez-l’ â concert, pasqui si elle n’y va nin, elle sêrê mâle sor mi.

PORAI

C’est por vos qu’elle y vout-st-aller êdon surmint, ci n’est nin por leie. Pa, allez-y mon Diu, vos v’s amus’rez bin. Et d’vins tos les cas, personne ni sâreut v’s obligî di v’s attêler à l’cotte d’à mam’zelle Forgeur.

EMILE

C’est ine îdeie !

PORAI

Et c’est-st-ine bonne, ka ainsi vos contintrez tot l’monde et nos wârdans l’pâie avou vosse mame.

EMILE

Ji m’enn’ê va savez papa.

PORAI

Awê allez, jisqu’à toratte. Ji dirê à vosse mame qui vos irez êdon ?

EMILE

Dihez qu’j’îrê mutwoi, ji n’voux rin assurer.

(i sorte po l’fond)