Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/47

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 47 —

SCÊNE IV
LES MÊMES mons DADITTE
PORAI

Tins, qui s’a-t-i passé inte vos et vosse mére don qu’elle brêyéve ainsi ?

EMILE

Elle vout qui j’vâie houïe êmon Ruth aveu leie. Ni s’a-t-elle nin stu mette ês l’tiesse qui mam’zelle Forgeûr a des îdeies sor mi.

PORAI (êwaré)

Mam’zelle Forgeûr ? Nosse prôpriétaire ?

EMILE

Awê. Et çoulà pasqui madame tot riv’nant d’messe l’a-st-êgagî à aller â concert tot d’hant qu’elle y sêrè avou s’feie.

PORAI

Et bin, ci sêreut on bon pârti, m’fi, apice.

EMILE

Vos m’dihez çoulà comme à on chin, vos papa.

PORAI

C’est on bon boquet à crohî.

EMILE

C’est dê l’châr di mouton, ci n’est nin por mi.

PORAI

Qui sâreut-on dire. L’amour, c’est l’amour mon fi.

EMILE

C’est justumint poqwoi parê.

PORAI

Aha, vos avez dêjà tappé vosse côp d’ouye.