Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/45

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 45 —

DADITTE

Awè, awè, vos passez tos les joûs âddivant dè l’mohonne di mons Forgeûr ; Mam’zelle Hortense vis ârè r’marqué et comme vos n’estez nin l’prumî v’nou, bin qui c’seuïe vosse mére leie-même què l’dit…

EMILE

Taihîz-v’ allez mame, c’est po rire ; vos polez bin pinser qui madame Forgeûr ni va nin s’chergî leie même dè kwoiri on galant po s’feie !

DADITTE

Oh ! vos n’savez nin… vos n’polez nin savu dai m’fi… li feie pout bin s’aveûr confyî à s’mére… adompuis qwand j’a stu add’vant-z-hîr payî m’meus d’mohonne, j’a bin vèïou les façons qu’mam’zelle Hortense a fait avou mi ossi èdon ! Seul’mint ni tûsant à rin, ji n’y aveus nin pris astème ; c’est apreume toratte, tot-z-ètindant l’mére qui ji m’a rappellé les façons qui l’feie aveut fait avou mi. Et tot rapinsant à çouchal et à çoulà èdon, et bin por mi l’affaire est clére parè. Et si vos m’volez houter nos îrans houïe à l’nute èmon Ruth.

EMILE (geainné)

Mame, c’est bin mâ toumé, mins ji deus sorti avou des camarâdes, et…

DADITTE (viv’mint)

Oh ! les camarâdes, les camarâdes, is n’vis battront nin èdon.

EMILE

Awè, mins qwand j’a promettou… vos savez bin…