Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/44

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 44 —

EMILE

Et poquoi pinsez-v’s ?

DADITTE (souriant)

Vos n’advinez nin ?

EMILE (sérieux)

Ma foi, nenni, nin du tout !

DADITTE (fenn’mint)

N’avez-v’s nin oïou qui madame Forgeûr m’a dit qu’elle alléve â concert avou s’feie ?

EMILE

Sia.

DADITTE

Et qu’elle m’a d’mandé dè d’bâchî m’fi po v’ni avou mi ?

EMILE

Qu’est-ce qui çoulà vout dire !

DADITTE

Oh ! bin vos n’estez nin si malin qu’jè l’creureus savez m’fi. Madame Forgeûr m’a fait ètinde assez clér’mint, m’sonle-t-i, qui ji v’s ègageasse à v’ni èmon Ruth èdon ; et vos pinsez bin, qui ci n’est nin por leie qu’elle tint di v’s vèyî là…

EMILE

Et po quî pinsez-v’s ?

DADITTE (joyeus’mint)

Po mam’zelle Hortense èdon, c’est âheie à comprinde !

EMILE (incrédule)

Vos pinsez qui madame Forgeûr…