Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/43

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 43 —

DADITTE

Oh ! c’est on concert di bienfaisance, on-z-ètindrè des chanteus et des chanteuses ; et des huppés savez, enn’a même d’â grand thèâte ! Et puis après, i n’y a bal !

EMILE

C’est l’affaire, et si vos avez-st-îdeie dè fer vos treus pas avou m’papa, i n’tinrè qu’à vos autes !

DADITTE

Awè ! Todis sûr ! C’est vosse mame qui va s’mette à danser ! (avou mystére) Mins ci n’est nin tot çoulà dai m’fi, i n’y a aut’choi !

EMILE

Oho ! et di qwoi don mame ?

DADITTE

Vos n’comprindez rin surmint ; ji sos bin pus fenne qui vos savez mi !

EMILE (flatteûr)

Vos l’avez todis stu dai mame, pus fenne qui mi !

DADITTE

Ah ! mins les feummes ! Et les méres surtout !

EMILE

Et bin qui volez-v’s dire ?

DADITTE

Tot bonn’mint çou-chal, qui madame Forgeûr ni m’a nin ègagî à-z-aller èmon Ruth houïe à l’nute, po-z-aveûr li plaisir di m’veie. Elle mi veut voltîs savez, jè l’sés bin, mins ci n’est nin po çoulà tot seu…