Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/37

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 36 —

SCÊNE XIII
LES MÊMES — PORAI
PORAI

Qui n’a-t-i don ? Si dispute-t-on chal ?

GARNIR

Ba c’est Daditte louquîz-là, qui n’sét mâie mi lèyî pâhûle. Mi qui vint chal por leie — inte nos deux seûie-t-i dit — elle mi r’çût pé qu’on chin d’vins on jeu d’beies.

PORAI

Vos deux, vos v’s disputez todis.

GARNIR

Bin louquîz i m’sonléve portant qu’nos estîs fait po nos ètinde !

DADITTE

Awè, todis sûr !

GARNIR (à Porai)

Valet, i fât louquî so vosse feumme, elle mi veut tos les joûs pus voltîs, on joû çoulà toûn’rè mâ, et mi, ji n’responds d’rin savez.

PORAI

Ji sos sins nolle sogne.

GARNIR

Vos avez toirt, enfin ji v’s a prév’nou. Asteûr, qui voux-je dire, vinez-v’s avou mi ?

PORAI

Wisse allez-v’s ?

GARNIR

Ji m’va-st-à l’Hirondelle, mette mi jône bleu. Et bin ?