Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/36

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 35 —

SCÊNE XII
DADITTE — GARNIR
(avou on papier d’colon)
GARNIR
(chantant so les montêyes)

L’Amour est enfant de Bohême
Qui n’a jamais connu de loi,
Si tu ne m’aimes pas, je t’aime

(intrant, à Daditte)

Et si je t’aime prends garde à toi !

DADITTE

Estez-v’s co là !

GARNIR (saluant)

Mi ? Nenni. C’est Pierre. Pierre Gârnir pour votre service, belle dame !

DADITTE

Ji n’a nin mèsâhe di vos chervices et co mons d’vos !

GARNIR (avou flemme)

C’est po çoulà qui j’sos v’nou.

DADITTE

Vos d’vrîz d’morer ès vosse mohonne ; li sem’di dè mons ; vos savez bin qui c’joû-là on gênne divins les manèges.

GARNIR

Tonton vint co d’mè l’dire, c’est po çoulà qu’ji sos v’nou chal.

DADITTE

Bin, i n’a nin pus mèsâhe chal di vos qu’ès vosse mohonne parè ! Etindez-v’s bin, çoulà !

(Porai inteûre, moussî d’on sârot pleutî et n’calotte)