Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/38

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 37 —

PORAI

Qui v’s sonle-t-i don Daditte ?

DADITTE

Il est trop târd po co nn’aller èdon !

PORAI

Ji n’a nin co sorti cisse samaine.

GARNIR

I fât sorti, valet, surtout si vos volez fer plaisir à vosse feumme, ka, elle mi d’héve co toratte qui les hommes ni fet qu’dè gênner l’sem’di avâ l’manêge.

DADITTE

Qwand j’a dit çoulà, c’esteut por vos.

GARNIR

Jan jan, ni v’nez nin fer des complumints à Lambert, èdon ; vos estez trop vîx tos les deux po v’s dire des doux mots. (à Porai) Sia sia valet, c’est qu’elle ni wesse vis èvoyî foû d’chal, mins l’sem’di, totes les feummes sont-st-ainsi, Tonton m’l’a co dit toratte, les hommes gênnet.

PORAI

Ji m’va n’gotte avou Pierre ainsi, savez Daditte.

DADITTE

Allez wisse qui vos volez !… Et l’soper ?

PORAI

Ji sop’rè toratte… Estez-v’s co mâle ?

GARNIR

Elle n’est mâie aut’mint qwand j’sos chal hein leie… jan, rotte todis, ni t’embarrasse nin.