Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/30

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 29 —

MÈLIE

C’est houïe sem’di, et ji n’sos nin comme vos, ji n’a nin fini journêye.

EMILE

Awè, c’est vraie, et l’sem’di c’est Sainte-Hov’lette, èdon ?

MÈLIE

Et ès l’mohonne, on n’a mâie fini !

EMILE

C’est vos qui netteie parè ?

MÈLIE

Quî sèreut-ce don, m’papa ?

EMILE

Et vosse mame ?

MÈLIE

Oh ! m’mame ni s’tint nin keû ; elle ouveûre ossi allez ; mins vos comprindez bin qui mi qu’est jône, ji nè l’louque nin èdon. I n’fât nin qwand ji sèrè mariêye qui ji seuïe ine dôrlainne po m’fer chervi ; et po-z-apprinde à bin miner on manège, i fât k’mincî jône.

EMILE

Vos avez raison. Mins portant si vos spôsîz ine homme qui gangn’reut assez bin s’veie po v’s dinner n’chervante ?

MÈLIE

Çoulà sèreut même qui ji n’vôreus co nolle. Ji n’voux vèï qu’ine feumme ès m’manège. Avou des ètringîrs adlé lu on n’est jamâie à si-âhe.