Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/29

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 28 —

MÈLIE

C’est vos Saint-Pîrre ?

EMILE

Saint Emile, si camarâde ; mins c’est tot l’même ; Saint Pîrre ni rèfuse mâie l’intrêye âx anges et ji n’mi sins nin l’corrège di v’s è l’rèfuser.

MÈLIE

Ji sos-st-ine ange parè mi ?

EMILE

I mê l’sonle. N’est-ce nin vraie ?

MÈLIE

On dit si sovint qu’les feummes c’est des diales…

EMILE

Oh ! les vèïès feummes ; mins nin les jônes !

MÈLIE

Jan, wisse fât-i mette çoulà don, ci n’est nin n’plome savez.

EMILE

Oh ! et mi qui n’tûse nin à v’s dihaller. C’est des gravèges ?

(i li prind l’banse et va l’mette adlé l’ârmâ)
MÈLIE

Awè, vochal li trimpe ; l’argent-neuf mi pére a dit qu’on l’âreut londi à l’nute ou mârdi â matin. Et vochal li bon. Asteûr, ji m’enn’è va, vos frez m’commichon à vosse papa èdon ?

EMILE (nahant ês banstai)

Aha, volà les coulasses, les platennes, les chins. (vêyant Mèlie qui vout sorti) Enn’allez-v’s dèjà ?