Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/31

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 30 —

EMILE (hureux)

Vos pinsez tot à fait comme mi ! Et c’est quâsî tofer ainsi nos autes, èdon. Volà des annêyes qui nos nos k’nohans, puisqu’i c’est dispôie nos pâques, èco d’vant, et so tot, nos avans todis les mêmès îdeies. (on silence) Çoulà n’vis disse-t-i rin, Mèlie ?

MÈLIE

Qu’est-ce qui çoulà pôreut bin m’dire ?

EMILE

A mi ça m’dit tot plein.

MÈLIE (gênêye)

Oho !

EMILE

Awê, nos avans si bin les mêmês îdeies, li même façon dê comprinde tot à fait, li même caractére, les mêmes gosses, qui ji m’dis tos les joûs pus qui nos estans fait tos les deux onk po l’aute et qui nos d’vrîs nos marier !

MÈLIE

Oh ! nos marier !

EMILE

Et poqwoi nin ?

MÈLIE

D’abôrd ji sos trop jône…

EMILE

Vos avez vingt ans, c’est l’âge…

MÈLIE

Et puis… po s’marier… i fât…